Guerre du Vietnam : Héritages stratégiques de la guerre

Benoît de Tréglodé, chercheur à l’IRSEM (Institut de recherche stratégique de l’École militaire) et François Guillemot, ingénieur de recherche CNRS à l’IAO (Institut d’Asie Orientale) ont participé à l’émission d’Emmanuel Laurentin La fabrique de l’histoire le 21 septembre 2017. Les deux historiens ont discuté des questions de stratégie pendant la guerre du Viêt-Nam, ils ont évoqué la pensée polémologique vietnamienne et rappelé l’implication internationale du conflit vietnamien de chaque côté du 17e Parallèle. La discussion a également porté sur le documentaire de Ken Burns et Lynn Novick, l’impact des images pendant la guerre, l’accès aux sources archivistiques et les répercussions du conflit sur la société actuelle.

A réécouter en podcast :  [https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/guerre-du-vietnam-44-heritages-strategiques-de-la-guerre->https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/guerre-du-vietnam-44-heritages-strategiques-de-la-guerre]

Laurent Gédéon, « Quel devenir pour la rivalité sino-vietnamienne: le cas des Spratleys et des Paracels ».

Photo pleine pageIntervention de Laurent Gédéon dans le cadre de la journée d’étude organisée le 18 mars 2016 par l’IrAsia à Aix-en-Provence sur le thème « L’Asie et la mer… Entre enjeux et conflits ». Cette journée réunira différents spécialistes civils et militaires des questions géostratégiques et géomaritimes en Asie. L. Gédéon interviendra spécifiquement sur le sujet suivant : « Quel devenir pour la rivalité sino-vietnamienne: le cas des Spratleys et des Paracels ».

Programme de la journée

François Guillemot, « Après le XIIe Congrès du PCV : Où va le Viêt Nam ? »

DragonsDamSen_FG2014Résumé : Le 11 mars 2016 à la Maison de la Chimie à Paris, un important colloque était organisé par la fondation Gabriel Péri, fondée par le Parti communiste français (PCF) et reconnue comme un think tank de la gauche depuis 2004. Ce colloque intitulé « Après le 12e congrès du PCV, rupture ou continuité ? » s’articulait autour de trois grandes tables rondes portant respectivement sur « l’originalité de la politique vietnamienne », les suites politiques, économiques et stratégiques du XIIe congrès du Parti communiste vietnamien (PCV) et une question qui pouvait paraître au premier abord un tantinet provocatrice mais qui avait, à mon avis, tout son sens « Le PCV, un parti encore marxiste ? ».

Le Viêt-Nam est-il à la croisée des chemins, à l’aube d’un changement politique d’envergure ? Que reste-t-il du communisme et vers quel type de capitalisme se dirige ce pays ? Telles étaient les questions qui sous-tendaient ce colloque. Questionner les enjeux du XIIe Congrès du Parti communiste vietnamien est-ce pertinent ? Quid de l’importance de ce Congrès ? S’agissait-il d’un non événement, d’un jeu de dupes pour Occidentaux non avertis ou de signes annonciateurs d’un malaise profond au sein de l’État-Parti ? Ce compte-rendu en trois parties tente d’y répondre partiellement. Il est suivi par une réflexion sur le langage politique communiste vietnamien.

François Guillemot : Marges et traces de la guerre au Viêt-Nam – Sur les pas des Jeunesses de choc

To39TNXPQuangBinhCette communication sur les traces de guerre se propose de revenir sur trois aspects d’une recherche émergente sur les Jeunesses de choc du Viêt-Nam, fil conducteur de notre propos. Mon premier point rappelle et explique la genèse d’une recherche à la fois au Viêt-Nam et dans le monde, en particulier aux États-Unis, en Australie et en France à partir du début des années 1990. Mon second point, aborde la question du « lieu » de la guerre des Jeunesses de choc qui présente la particularité d’être à la fois « une marge et un centre » comme le stipule l’adage terrible et imagé « tim có thể ngừng đập, nhưng mạch máu giao thông không thể tắc » (notre cœur peut cesser de battre mais les vaisseaux sanguins de la circulation sont inextinguibles). Trois lieux sont identifiés dans le contexte plus général de la guerre du Viêt-Nam : la jungle, les villes, l’espace international. Dans le troisième point, je dirais quelques mots sur les « pratiques » mémorielles actuelles dans le contexte d’un pays qui tourne peu à peu le dos à son passé guerrier. Enfin, je conclurai sur les perspectives d’une recherche transnationale plus large sur le genre et les guerres du Viêt-Nam et évoquerai la nécessité d’entrevoir une sociohistoire des femmes et de la guerre au Viêt-Nam en considérant avec soin les formes de communication à distance.

Timbre_TNXPTexte en ligne en deux parties sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam :

François Guillemot : Des Vietnamiennes dans la guerre civile

Couv_Guillemot_DesVietnamiennesDansLaGuerreCivile-small
La nouvelle publication de François Guillemot : Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre 1945-1975, Paris, Les Indes Savantes, 2014, 240 p.

Le livre de François Guillemot éclaire un aspect de la guerre du Viêt-Nam relativement peu souligné dans l’historiographie plus large du conflit : les expériences et les points de vue des femmes vietnamiennes durant la guerre. Son étude, divisée en deux sections, examine en premier lieu, au sein de contextes multiples, les vécus de ces femmes des deux côtés du 17e parallèle et de milieux très variés, avant de resserrer son attention dans un second temps sur l’histoire des « Jeunesses de Choc ou TNXP » pendant les guerres d’Indochine et du Viêt-Nam, et plus particulièrement sur la féminisation de ces troupes lors de cette dernière guerre.

Dans chacune de ces parties, l’auteur se penche longuement sur les blessures infligées par la guerre aux corps et aux esprits des femmes. Il consigne la violence qui fut faite aux femmes et le prix à payer sur les corps et la santé des femmes que la guerre leur a imposé. Il livre de nombreux exemples issus d’une grande variété de récits — allant des mémoires d’hommes et de femmes qui avaient été civils ou militaires pendant la guerre, aux récits de guerre, en s’appuyant aussi bien sur les reportages de presse que sur la figuration de la guerre dans des œuvres de fiction.

Nathalie Huynh Chau Nguyen

Agrégation d’histoire 2013 : « choc colonial » et nationalismes vietnamiens 1885-1945

Dans le cadre du programme de l’agrégation d’histoire de cette année portant sur “Les sociétés coloniales – Afrique, Asie, Antilles – années 1850-années 1950″, François Guillemot a proposé un aperçu de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam à travers la thématique du nationalisme comme alternative au système colonial.

Résumé :

Cette intervention de quatre heures propose une lecture interne du “choc colonial” imposé au Viêt-Nam accompagné de ses interactions/adaptations et de ses violentes contestations. Le cheminement révolutionnaire vietnamien est analysé sous l’angle de l’histoire politique des organisations légales ou clandestines qui occupèrent le devant de la scène pendant un demi-siècle. Les bouleversements importants que provoque la colonisation sur les plans politiques, culturels, géographiques, économiques et sociaux engendrent plusieurs formes de résistance (mouvement d’Aide au Roi, millénarisme) et l’adaptation à la nouvelle donne par une profonde remise en cause de la monarchie acculée au déclin. En se concentrant sur les différentes solutions nationalistes exprimées par les Vietnamien-nes depuis le début du XXe siècle comme alternative viable au système colonial, l’intervention met en évidence de façon chronologique la multiplicité des nationalismes vietnamiens, leurs difficultés d’existence contre le système colonial ou en interaction avec celui-ci (par exemple avec Nguyen Van Vinh).

L’intervention s’intéresse au nationalisme traditionnel des monarchistes (du Can Vuong à Pham Quynh), au nationalisme démocratique (ou humaniste) de Phan Chu Trinh soucieux des droits de ses compatriotes, au nationalisme révolutionnaire que Phan Boi Chau initia, repris par le VNQDD, au nationalisme culturel du Tu Luc Van Doan (Groupe littéraire autonome) par lequel le Viêt-Nam découpé se restructure mentalement, au transnationalisme indochinois des Vietnamiens dans les années quarante. Ce dernier débouche sur deux voies : une voie communiste (Viêt Minh/PCI) qui reste fidèle à ce transnationalisme régional et une voie nationaliste impériale dans sa dimension conquérante incarnée par les nouveaux partis Dai Viêt sous l’occupation japonaise. Le processus qui mène à l’indépendance donne le sentiment d’une synthèse inachevée avec l’avènement d’un national-communisme aux contours flous lors de la Révolution d’août 1945. Avec le retour militaire de la France, toutes ces solutions, même modérées, sont mises en échec. Le nationalisme devient plus pragmatique (pour sa propre survie) avec l’État associé de Bao Dai. A la fin de la guerre d’Indochine et le partage du pays, il laisse la place à deux nationalismes d’État-Parti, l’un à vocation messianique avec le régime “personnaliste” de Ngo Dinh Diem en 1955 à Saigon, l’autre d’obédience marxiste-léniniste-maoïste, avec la mise en place d’un communisme de guerre pour conquérir le Sud.

Pour en savoir plus, voir le carnet de recherche : Mémoires d’Indochine

Parution d’ouvrage : L’Asie du Sud-Est 2012

L’Asie du Sud-Est 2012, Les événements majeurs de l’année


Sous la direction de Jérémy JAMMES et Benoît de TREGLODE



Avec les contributions de :
Pascal Bourdeaux, Christine Cabasset-Semedo, Jean-Raphaël Chaponnière, Pierre-Arnaud Chouvy, Arnaud Dubus, Renaud Egreteau, Sébastien Fath, Nathalie Fau, Laurent Gédéon, François Guillemot, Jacques Ivanoff, Jérémy Jammes, Solomon Kane, Rémy Madinier, Grégory Mikaelian, Charles M. Paret, Vatthana Pholsena, Martin Rathie, Abel Tournier, Benoît de Tréglodé, Marie-Sybille de Vienne, et Jean-Paul Willaime.

Chaque année l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l’ensemble du sous-continent asiatique. Établissant une rétrospective des principaux événements de l’année 2011, ce livre aide à mieux comprendre les grands enjeux de l’année 2012 dans une région de près de 600 millions d’habitants qui, plus que jamais, joue un rôle d’interface entre les grands pôles asiatiques. Grâce au travail de terrain tout au long de l’année d’une vingtaine de chercheurs et d’experts européens et asiatiques, Asie du Sud-Est 2012 offre un décryptage d’une actualité asiatique complexe, dense et dynamique.

Contributions de l’IAO à cet ouvrage :

Vatthana Pholsena & Martin Rathie, « Laos. L’art du renouvellement (partiel) des élites politiques », pp. 171-188

Laurent Gédéon & François Guillemot, « Viêt Nam. L’appel à un second Renouveau », pp. 289-311

Autres contributions, voir : Réseau Asie

Parution d’ouvrage : Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam

François Guillemot, Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie (1938-1955), Paris, les Indes Savantes, 2012.


En étudiant l’évolution du Parti National du Grand Viêt-Nam (Đại Việt Quốc Dân Đảng) au sein du mouvement nationaliste vietnamien, ce livre permet de poser un regard neuf sur le processus de la révolution nationale et de la lutte pour l’indépendance dans le Viêt-Nam de la première moitié du XXe siècle. Par le biais d’événements méconnus, d’acteurs négligés par l’historiographie d’État, le rôle politique, la logique et la dynamique du mouvement Đại Việt sont restitués dans le contexte de la période 1945-1954 (guerre néo-coloniale, lutte contre le communisme et front chaud de la guerre froide). Concurrent du Việt Minh pendant la période révolutionnaire, le Đại Việt manqua sa révolution et fut l’une des cibles principales de la répression organisée par le Việt Minh de Hồ Chí Minh contre l’opposition nationaliste révolutionnaire en 1946. De son exil en Chine, il parvint à se reconstituer pour porter l’Empereur Bảo Đại à la tête d’un État national en 1949.

Cependant, sa conquête du pouvoir pour asseoir une « solution Đại Việt » contre une « solution Bảo Đại », jugée pro-française, fut brisée à la fois par le Chef de l’État vietnamien, par les autorités françaises et par le terrorisme communiste. À travers l’histoire de ce mouvement, la logique de la guerre civile dans laquelle se débattit le Viêt-Nam pendant plus de trente ans apparaît plus clairement. Cette contribution majeure à l’histoire du nationalisme vietnamien au XXe siècle offre ainsi une nouvelle grille de lecture de la fameuse « Révolution d’août » de 1945 et du conflit franco-vietnamien.