Emmanuelle Peyvel : Être touriste dans un pays socialiste : le Vietnam

Mercredi 20 décembre à 18h
Café de la Cloche (Lyon)

Comment devenons-nous touriste ? Peut-on repenser la mondialisation du tourisme au regard des arts de faire de celles et ceux qui l’inventent aujourd’hui ? Emmanuelle Peyvel sera l’invité de ce Café Géo . Elle a publié en 2016 L’invitation au voyage. Géographie post-coloniale du tourisme domestique au Viêt Nam, un ouvrage qui propose une vision décentrée de la mondialisation touristique, permettant de mieux comprendre toute la complexité avec laquelle se reconfigurent les rapports de pouvoir au sein des sociétés postcoloniales.

Genre et nations partitionnées

Les colloque international « Genre et nations partitionnées » est organisé par Anne Castaing (CNRS/CEIAS) et Benjamin Joinau (Hongik University/CRC)

Dates :

  • Jeudi 14 décembre 2017 – 09:15-18:00
  • Vendredi 15 décembre 2017 – 09:15-18:00

Lieu(x) :

  • EHESS (salle 737) – 54 boulevard Raspail 75006 Paris

La « communauté imaginée » qu’est la nation mobilise les symboles les plus archétypaux pour se représenter dans les arts et les médias populaires et ces symboles sont le plus souvent genrés – que l’on pense à la Marianne de la jeune République française. En plus d’être l’écho du genre grammatical des valeurs de cette république dont elle est l’allégorie, Marianne est la figure de l’Alma Mater, à la fois nourricière et protectrice, qualités essentielles d’un Etat-nation ou d’un régime politique. Mais comment se pense une nation divisée politiquement par une partition ?

Allemagne, Inde-Pakistan-Bangladesh, Irlande, Corée, Vietnam, Israël-Palestine, Yougoslavie – les cas de figure sont divers, couvrant jusqu’aux décolonisations, mais montrent que la partition renvoie spontanément à des représentations polarisées autour de relations genrées et hiérarchisées. De manière allégorique, celle-ci peut prendre la figure du frère et de la sœur, de la mère et du fils, même si le plus souvent, l’image du couple marié ou amoureux cherchant à se réunir est prédominante. Cependant, le binôme à (ré)apparier n’est pas le seul mode de symbolisation genrée de la division nationale. La partition, en tant que processus même, génère des violences, qui sont fondamentalement structurantes des rapports homme-femme aussi bien au niveau des pratiques que des représentations. En particulier, les femmes, porteuses et garantes de l’identité ethnique, sont couramment l’objet de violences sexuelles. Le viol, l’humiliation, la souffrance, le deuil (mari, enfants) infligés aux femmes et aux hommes en situation de partition en font le symbole non plus seulement d’une partie, mais du tout de la Nation divisée. Les femmes sont ainsi souvent investies d’un enjeu symbolique où se jouent, en plus des identités genrées, les identités collectives et leurs représentations. Ces dernières sont rarement monolithiques et font elles-mêmes l’objet de combinaisons variées et concurrentes, révélant la dynamique qui se joue au niveau de l’imaginaire d’une communauté quand elle est confrontée à une division interne. Plus que des symboles isolés, ce sont des mises en récit complexes que nous devons appréhender dans leur diversité narrative.

Ce sont ces processus de symbolisation narrative, à la fois anthropologiques et historiques, que nous souhaitons analyser à travers les productions culturelles de pays en situation de partition. Nous espérons ainsi, par cette approche comparative, repérer des invariants tout en proposant des typologies narratives où la différence genrée est requise, reproduite, peut-être transformée, afin de penser un autre type de différence, celle qui se cristallise quand une nation est divisée et séparée. Nous serons en particulier sensibles aux différentes formes de représentations en fonction de leurs modes de production (institutionnel, individuel), de leur diffusion et de leur réception, afin d’éviter la simple étude de contenu décontextualisée.

Ce colloque interdisciplinaire et comparatiste, qui accueille spécialistes des littératures, des productions culturelles et de l’histoire des idées, historiens et anthropologues travaillant sur différentes aires culturelles et contextes historiques, vise à interroger les partitions et les divisions nationales d’un point de vue genré. Il s’intéressera particulièrement aux représentations comme témoin de ces assimilations imaginaires : littérature, cinéma, arts performatifs, arts plastiques seront les supports de nos réflexions.

Comité scientifique

  • Catherine Brun (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle) ;
  • Anne Castaing (CNRS) ; Claire Gallien (Université Paul-Valéry) ;
  • Benjamin Joinau (Hongik University) ;
  • Francine Muel-Dreyfus (EHESS) ;
  • Gianfranco Rebucini (IIAC) ;
  • Delphine Robic-Diaz (Université Paul-Valéry) ;
  • Fabrice Virgili (CNRS).

Consulter le Programme du colloque Genre et nations partitionnées

Nouvelle publication : Viêt-Nam, fractures d’une nation Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours

Le Viêt-Nam, connu pour sa lutte héroïque pour l’indépendance, fut un des grands mythes du XXe siècle. Entre décolonisation et guerre fratricide, son histoire apparaît comme exemplaire mais que sait-on de ses fractures internes ? Quels furent les chemins des possibles pour ce pays colonisé et décolonisé dans la violence ? Quelles furent ses sources d’inspiration ? Quels types de révolutions et de guerres ce pays a-t-il traversé au cours du XXe siècle ? Cet ouvrage nous convie à une exploration inédite du Viêt-Nam « vu de l’intérieur » de l’empire démantelé pendant le XIXe siècle à l’État-nation réunifié d’aujourd’hui. Cette perspective permet de mieux comprendre le fonctionnement du pays, dirigé par un État-Parti, et de penser plus largement le Viêt-Nam contemporain dans un monde asiatique confronté à la puissance chinoise et la mondialisation. Pour accompagner ce récit, l’auteur mobilise des documents et des sources peu connus et propose des encadrés sur des thématiques clés.

François Guillemot, historien, spécialiste du Viêt-Nam contemporain, est ingénieur de recherche CNRS à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon. Il est l’auteur de Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie, 1938-1955 (Les Indes savantes, 2012) et a codirigé avec Agathe Larcher-Goscha, La Colonisation des corps. De l’Indochine au Viet Nam (Vendémiaire, 2014).

Plus info : http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Vi__t_Nam__fractures_d_une_nation-9782707190949.html

Séminaire de l’IAO : Roel Sterckx

Jeudi 14 décembre 2017, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« Farmer and Philosopher in Early China »

Roel Sterckx is Joseph Needham Professor of Chinese History, Science and Civilisation at the University of Cambridge and Fellow of Clare College. His publications include The Animal and the Daemon in Early China (SUNY Press, 2002) and Food, Sacrifice and Sagehood in Early China (Cambridge University Press, 2011. With Romain Graziani, he co-edited De l’Esprit aux Esprits : Enquête sur la notion de shen en Chine (Saint-Denis : Presses Universitaires de Vincennes, 2007). In 2013 he was elected Fellow of the British Academy.

Résumé : In early China the language used to describe agricultural life was a much used medium for social and political commentary. Philosophical, literary, and ritual texts contain a repository of figurative language in the form of agronomic metaphors and analogies. In this lecture we will explore how agriculture figures in the language of Chinese “philosophical” discourse, and what, if anything, the masters of philosophy Chineteach us about agriculture. Rather than approaching figurative language as a purely literary or rhetorical device aimed at making a moral or philosophical point, I suggest that we ought to be open to the possibility that agronomic metaphors and analogies belonged to the normal register of tools used to analyse and describe nature and the management of natural resources in ancient China. They served as didactic devices to convey social and political ideas and perhaps even to transmit a modicum of technical knowledge. I will present a range of examples that offer different interpretative possibilities.

Séance dédicaces des trois derniers livres de la Collection « L’univers esthétique », L’Harmattan

Le samedi 23 décembre à 15h, les éditions L’Harmattan et Véronique Alexandre Journeau, Directrice de collection, ont le plaisir de vous inviter à la signature ‒ dédicaces de trois livres récemment publiés en présence des auteurs, avec des interludes artistiques :

  • Feng Zikai, un caricaturiste lyrique ‒ Dialogue du mot et du trait, par Marie Laureillard
    Penser l’art du geste en résonance entre les arts et les cultures, sous la direction de Véronique Alexandre-Journeau et Christine Vial Kayser
  • L’empreinte de Zeami dans l’art japonais ‒ La fleur et le néant, par Aya Sekoguchi

Espace L’Harmattan – 21 bis rue des Écoles, 75005 Paris

Séminaire de l’IAO : Alice Travers

Jeudi 30 novembre 2017, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« La mobilité sociale dans l’armée tibétaine (18e-20e siècles) »

Alice Travers, Chercheure au CNRS (CRCAO), travaille sur l’histoire sociale du Tibet et sur l’histoire de l’armée du Ganden phodrang (1642-1959) dans le cadre du projet ERC TibArmy.

Résumé : Le gouvernement tibétain du Ganden phodrang recrutait dans son armée des soldats de toutes origines sociales. La hiérarchie militaire était composée, dans ses plus hautes strates, d’une majorité de nobles tandis que les officiers subalternes et les soldats du rang provenaient de strates sociales roturières (mi ser). Un examen détaillé de la composition des troupes montre que plusieurs tentatives d’ouvrir les positions d’officiers à l’avancement selon un principe plus méritocratique, menées entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XXe siècle, ont échoué. Basée sur une approche prosopographique nourrie par des récits autobiographiques écrits et oraux de soldats et des listes de soldats, la présentation s’attachera à étudier de façon plus générale les possibilités de mobilité sociale offertes par l’armée tibétaine.

Second JORISS Workshop

15-18 November 2017, ENS de Lyon – Institut d’Asie Orientale – Sciences Po Lyon

Policing port cities during the « colonial era » : Tianjin & Shanghai : interaction between Western and Chinese police forces, 1860-1945

Second Joriss Workshop : Limits of the western police model in China

The study of the police forces in Chinese cities, especially those established and run by foreigners, represents a new field of Chinese urban history. Over the last past years, the question of social control and public order in the cosmopolitan treaty ports has received more attention. This workshop opens a new approach of policing the Chinese Treaty Ports in exploring influence and conflict between foreign and chinese police forces. Influence means hybridization between local and external practices of social order. Influence of foreign model police in China began at the end of the XIX century with the german police system exported to Japan Meiji and « reproduced » in China. But the presence of British, French and American in China offered new model for policing the cities. The ambiguous status of treaty ports cities divided into several municipalities institutions (administration, law, police, urbanworks, health, transport, education), modified the nature of social control and public order. But before the arriving of Westerners China had its own traditional system of social control. The reform of the police is part of the general process of institutional reform during the late Qing period and it is also embedded in the army modernization.

Programme

Journée d’études – Eugénisme dans le Japon moderne et contemporain

25 novembre 2017 à 13h30, salle 3.03, INALCO, lors de la Journée d’études – Eugénisme dans le Japon moderne et contemporain, Arnaud Nanta, Chargé de recherche CNRS, membre de l’IAO donnera la conférence « Les études en anthropologie raciale en Corée colonisée : La défense des « origines communes nippo-coréennes » contre l’autochtonisme et le courant eugéniste (1916-1940) »

La Corée colonisée (1905-1945) vit se déployer sous l’égide du Japon des savoirs visant à la compréhension de la société de « la péninsule », dans un objectif à la fois académique mais aussi de légitimation du pouvoir japonais. Au sein de ce dispositif, la question de la saisie, de la compréhension et du classement des corps – qui avait d’abord constitué une obsession nationale au Japon comme en Europe – s’imposa comme l’une des grandes préoccupations des savants coloniaux. Ainsi les trois chaires d’anatomie de l’Université impériale de Keijō (Seoul), fondée en 1924, incluaient-elles deux chaires d’anthropologie physique, une configuration inédite au sein des universités d’État japonaises. Ses responsables s’efforcèrent de démontrer la validité de la théorie des « origines communes entre Japonais et Coréens » au moyen de la biologie, théorie qui avait servi depuis 1910 à légitimer l’annexion par une « proximité de race » entre conquérants et conquis. Cependant, l’entre-deux-guerres allait voir la montée d’un discours ethniciste porté par le nouveau courant eugéniste. Et celui-ci de s’opposer à tout rapprochement entre le « peuple japonais » saisi comme pur et les populations colonisées. La second moitié des années 1930 et la période de guerre virent un affrontement entre deux visions opposées du Japon, entre empire ou peuple réethnicisé.

Consulter le Programme de la journée d’études

Conférence : Arnaud Nanta

Le jeudi 16 novembre 2017, 12h15-13h45, Arnaud Nanta, Chargé de recherche CNRS, membre de l’IAO, donnera la conférence « L’historiographie coloniale en Corée et à Taiwan du temps de l’empire japonais (années 1895-1940) » à l’Université de Genève, département d’Études Est-Asiatiques.

Résumé : Les territoires qui constituèrent naguère les empires coloniaux contemporains, entre le milieu du 19e et le milieu du 20e siècles, furent l’objet d’enquêtes et d’études spécifiques, portant sur « la coutume », le cadastre, l’état de l’agriculture ou encore l’évaluation des richesses minières et forestières. Il s’est aussi agi d’enquêtes en sciences humaines et sociales à propos des sociétés, de leurs langues et cultures ou de leur histoire. Il en fut de même dans le cas du Japon colonial qui, au sein de ses travaux et enquêtes, affirma une velléité de contrôle du passé en Corée en particulier, ainsi qu’à Taiwan. La question des « politiques du passé » concerne ici les dispositifs coloniaux savants en archéologie et en histoire, d’une façon semblable à ce que les autres puissances coloniales telle la France réalisèrent d’abord en Méditerranée, puis notamment en Indochine.

La présente conférence se penchera sur les formes institutionnelles et les objectifs de cette historiographie coloniale japonaise à Taiwan et en Corée. Si la Corée suivit largement le modèle de Taiwan, qui fait figure de précurseur pour ce qui est de l’organisation d’une « intelligence » à propos de la colonie, la péninsule eut par contre un rôle moteur sur le plan des savoirs historiographiques coloniaux. En réalité l’on verra comment les commissions historiographiques dédiées, élaborées durant l’entre-deux-guerres, s’articulaient non seulement l’une à l’autre mais au-delà, surtout, aux institutions impériales de métropole. En arrière-plan, l’ensemble s’appuyait des chaires spécialisées instaurées dans les deux universités impériales des colonies.

Séminaire de l’IAO : Florence Galmiche

Jeudi 16 novembre 2017, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« Relations à l’histoire et commémorations dans le bouddhisme sud-coréen contemporain »

Florence Galmiche est maitresse de conférence à l’université Paris-Diderot, elle mène des recherches en anthropologie sur la Corée.

Résumé : Cette présentation comprendra deux directions principales. Elle visera dans un premier temps à décrire la situation et les principaux enjeux du bouddhisme contemporain en Corée du Sud, notamment en ce qui concerne les relations entre les institutions monastiques et la société. Dans un second temps, elle abordera plus spécifiquement la place de l’histoire récente au sein du bouddhisme coréen, notamment sous l’angle des cérémonies d’hommage aux morts. Elle analysera le rôle des rites dédiés aux morts de la Guerre du Pacifique ou de la Guerre de Corée à la fois pour les familles et dans le cadre de combats politiques.

Conférence – Luke Nottage

10 novembre 2017 à 14h, Salle D4.024, ENS de Lyon, Conférence du professeur Luke Nottage, Economic Integration and Consumer Product Safety Law in Asia.

Pr. Luke Nottage is a leading authority in consumer law, with a particular interest in the Asia-Pacific region. In addition to his role as Senior Fellow at the Melbourne Law School, he is Professor of Comparative and Transnational Business Law at Sydney Law School and founding Co-Director of the Australian Network for Japanese Law, Associate Director of the Centre for Asian and Pacific Law at the University of Sydney (CAPLUS) and a founding Board member of the Sydney Southeast Asia Centre.

Pr. Nottage has published over a hundred refereed articles and book chapters. His 12 books include Independent Directors in Asia (Cambridge University Press, in press, co-edited with Harald Baum, Souichirou Kozuka and Dan Puchniak), ASEAN Product Liability and Consumer Product Safety Law (Winyuchon, 2016, co-edited with Sakda Thanitcul), Asia-Pacific Disaster Management (Springer, 2014, co-edited with Simon Butt and Hitoshi Nasu), Consumer Law and Policy in Australia and New Zealand (Federation Press, 2013, co-edited with Justin Malbon), and Product Safety and Liability Law in Japan (Routledge, 2004).

Vies Suspendues – Cinéma Documentaire et Débat Public

14 novembre 2017 à 19h, ENS de Lyon – Amphi Descartes, projection du film « La terre abandonnée » lors la deuxième édition du Festival Interférences du 8 au 18 novembre 2017 à Lyon.

En présence de Kurumi SUGITA, Chercheuse associée de l’Institut d’Asie Orientale à l’ENS de Lyon, Fondatrice de l’association Nos Voisins Lointains 3.11 et ROMAIN J. Garcier, Maître de conférences en géographie à l’ENS de Lyon.

Depuis la catastrophe de Fukushima, de nombreux documentaires produisent des images au plus près des habitants qui ont façonné ce paysage millénaire. Malgré la contamination avérée, l’évidence de perpétuer leur présence sur le territoire l’emporte sur le déracinement imposé.

Plus info : http://www.lacitedoc.com/14-novembre-19h

Se reconstruire après la dictature – Cinéma Documentaire et Débat Public

18 novembre 2017 à 15h, Bibliothèque du 1er, 7 rue Saint-Polycarpe Lyon 1er, projection du film « Birmanie, les chemins de la réintégration » lors la deuxième édition du Festival Interférences du 8 au 18 novembre 2017 à Lyon.

En présence de François ROBINNE, Anthropologue et directeur de recherche au CNRS. Institut d’Asie orientale. ENS de Lyon.

Comment revenir à la vie après des années d’enfermements et de sévices ? Tour à tour meurtris dans leur chair et dans leur âme, des hommes s’entraident pour organiser leur réintégration sans attendre la rédemption, dans une société où le sourire est de mise et la sagesse du Bouddha portée en écharpe.

Plus info : http://www.lacitedoc.com/c18-novembre-15h-1er

Stéphane Corcuff : Prix de la fondation culturelle franco-taiwanaise

Pot de l’IAO, le 14 novembre 2017 à 18h, Salle de réunion de l’IAO (D4.070)

Le prix de la Fondation culturelle franco-taiwanaise, fondé, géré et financé par l’Académie des Sciences morales et politiques de l’Institut de France et le Ministère taiwanais de la culture, couronne depuis 1996 des travaux d’artistes, de traducteurs et d’universitaires ayant oeuvré à une meilleure connaissance des cultures chinoise et taiwanaise en France.

Stéphane Corcuff rentrant parmi nous après six années passées à Taiwan sur les sept dernières années, cette réunion informelle et amicale sera l’occasion pour lui de nous faire un bref bilan de son passage à la tête du CEFC Taipei et de ses thèmes de recherches en cours, ainsi que des éléments qui ont été mis en avant par l’Institut et le Ministère de la culture dans le choix du jury pour le 22e prix de la Fondation.

Séminaire de l’IAO : Jean Baffie

Jeudi 9 novembre 2017, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

« L’armée thaïlandaise, “jouer” à la politique (เล่นการเมือง) plutôt que faire la guerre (ทำสงคราม) »

Jean Baffie (CNRS) est socio-anthropologue spécialiste de la Thaïlande à l’Institut de Recherches Asiatiques (Aix-Marseille).

Résumé : Institution récente – dans sa forme moderne, elle ne date que du début du 20e siècle –, l’armée thaïlandaise a réussi à accumuler un important capital de prestige, sans jamais être sortie totalement victorieuse d’un conflit. Elle a pu permettre la promotion d’une élite proprement thaïe face à une classe d’entrepreneurs presque entièrement chinoise. En dépit de cas bien connus, elle garde une image relativement propre, dans un pays où la corruption est endémique. Ces éléments contribuent à expliquer un rôle politique ancien et persistant.