Soutenance HDR : Fabienne Jagou

Le mardi 13 juin à 14h, à la Maison de l’Asie, Grand salon, 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris, Mme Fabienne Jagou, membre de l’École française d’Extrême-Orient, rattachée à l’Institut d’Asie Orientale, soutiendra son habilitation à diriger des recherches intitulée : Les représentations chinoises du Tibet aux époques moderne et contemporaine.

Les travaux présentés révèlent la complexité des relations entre la Chine et le Tibet aux époques moderne et contemporaine. Ma recherche s’est d’abord orientée vers l’évaluation du territoire du Tibet telle que la percevaient et la définissaient les Chinois. Ensuite, elle a porté sur la façon dont Chinois et Tibétains appréhendaient leurs pouvoirs mutuels afin d’analyser la nature de leur relation institutionnelle. Elle a abouti à une réflexion sur les organes administratifs chinois et tibétains concernant la gestion de leurs rapports afin d’en proposer une nouvelle définition et de poser la question de l’existence d’administrations spécifiques. À cette approche historique et politique s’est ajoutée une étude socio-historique de phénomènes religieux contemporains, qui propose une nouvelle interprétation chinoise du Tibet et qui montre une adaptation du bouddhisme tibétain au milieu culturel chinois.

Membres du Jury :
Matthew Kapstein, EPHE, directeur d’habilitation
JI Zhe, INALCO
Christian Lamouroux, EHESS
Charles Ramble, EPHE
Peter Schwieger, Université de Bonn

Dictionnaire historique du Japon – nouvelle revue en ligne sur Persée

Dictionnaire historique du Japon est désormais consultable en ligne sur Persée : http://www.persee.fr/collection/dhjap

Le Dictionnaire historique du Japon, publié par la Maison franco-japonaise entre 1963 et 1995, en 20 fascicules, s’appuie sur les travaux d’historiens japonais, réunis dans un comité de rédaction (présidé successivement par MM. IWAO Seiichi, IYANAGA Teizô et ISHII Susumu). C’est un ouvrage de référence unique en son genre en langue occidentale. Il est divisé en 23 grands thèmes, eux-mêmes scindés en sous-thèmes : « Périodisation, calendrier », « Préhistoire et protohistoire », « Institutions politiques », « Fiscalité et système des terres », « Législation, justice et police », « Maison impériale », « Guerriers », « Affaires militaires et guerres », « Guerres civiles, troubles et incidents », « Relations extérieures et diplomatie », « Pays étrangers », « Géographie », « Agriculture, productions, industrie », « Commerce communications et moyens de transport, économie et finances, monnaie », « Religions, croyances populaires, célébrations, mythologie », « Enseignement, écoles de pensée », « Sciences et médecine », « Arts et beaux-arts, théâtre et musique », « Archives, historiographie, diplomatique », « Langues », « Littérature », « Édition, presse » et « Société ».

Ce dictionnaire s’appuie sur des ouvrages scientifiques japonais reconnus par le milieu académique, en particulier le Nihon-shi shôjiten (Petit dictionnaire de l’histoire japonaise) de SAKAMOTO Tarô (Éditions Yamakawa, 1953 ; nombreuses rééditions postérieures) et une dizaine d’autres publications majeures.

Séminaire de l’IAO : Salima Bekbolotova


« Economic integration processes in Central Asia and China’s “New Silk Road” initiative »

Salima Bekbolotova, Associate Professor of Economics, American University of Central Asia, Kyrgyzstan & FMSH research fellow, IAO (UMR 5062)

Lundi 29 mai 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : This research seminar is devoted to uncover economic development peculiarities of Central Asian countries in the context of contemporary integration and globalization processes. The author’s view on the model of economic reforms of Central Asian countries will be presented. She will describe reasons behind economic failure of the region since their independence, and discuss its economic development prospects. Special attention during the seminar will be paid to economic challenges of membership of Kyrgyzstan and Kazakhstan in the Eurasian Economic Union (EEU), as well as to disputes of possible accession of other CA countries to the EEU. The author will also concentrate on some economic implications for CA countries within the China’s “One Belt, One Road” (OBOR) initiative framework (“new silk road”).

Carrefour des sciences sociales ENS Lyon – EHESS

Organisé conjointement par l’EHESS et l’ENS Lyon, le « carrefour des sciences sociales » entend proposer chaque année six conférences-débats sur des questions qui sont au centre des recherches actuelles en sciences sociales. Ces rencontres et associeront des enseignants-chercheurs et des chercheurs de l’EHESS et de l’ENS Lyon qui aborderont un thème précis suivant une approche pluridisciplinaire. Elles seront ouvertes aux étudiantes et étudiants (licence, master, doctorat) qui seront invité.e.s à participer aux discussions.

Séance du jeudi 4 mai 2017 : « Économie et spiritualité en Asie orientale »
Salle F. 001 – 17 h-19 h.

Présentation et débats animés par Jacques Chiffoleau (historien, EHESS)

Jean-Pascal Bassino (économiste, ENS Lyon) : « Les entrepreneurs de services spirituels et la spiritualité des entrepreneurs au Japon du milieu du XIXe siècle à nos jours »

Rémy Madinier (historien, Centre Asie du Sud-Est (CNRS-EHESS) : « La marchandisation de l’islam en Asie du Sud-Est : un post islamisme ? »

Alors que différents travaux récents en histoire économique invitent à revisiter l’hypothèse wébérienne concernant l’influence des institutions, valeurs et doctrines religieuses sur les comportements économiques en Europe depuis l’époque moderne (parmi ces travaux, mentionnons Anderson et al. 2016), le lien entre spiritualité et économie ne fait l’objet d’aucune discussion dans le débat sur la grande divergence entre l’Asie et l’Europe depuis l’époque moderne. À titre d’exemple, les termes « spiritualité » et « religion » ne sont pas mentionné dans l’ouvrage de K. Pomeranz (2000).

L’anthropologie, l’économie et l’histoire des religions ont paradoxalement peu étudié l’Asie orientale,, malgré l’importance des travaux philologiques sur le Bouddhisme, le Confucianisme et le Taoïsme au sein des études asiatiques, depuis leur apparition au XIXe siècle. Le terme de spiritualité apparaît du reste plus pertinent que celui de religion pour analyser ces phénomènes : en effet, la demande sociale s’adresse à des individus ou des institutions proposant une expérience spirituelle compatible avec le syncrétisme traditionnel de ces sociétés, y compris dans les régions où le christianisme ou l’islam sont dominants. Dans certaines sociétés d’Asie orientale, les notions de sacré et de divinité sont du reste absentes.

La demande portant sur des services spirituels n’a pas fait l’objet d’une évaluation quantitative mais les descriptions du XIXe et début XXe indiquent clairement qu’elles représentaient une part des dépenses publiques et privées au moins équivalente à ce qui était alors observé en Europe et en Amérique du Nord. La tendance récente se caractérise par une nette augmentation de la demande des ménages et sa sophistication. On peut noter en outre que les entrepreneurs qui ont été à l’origine du miracle économique de l’Asie de l’Est au milieu et à la fin du XXe siècle n’ont pas été mus par un comportement d’optimisation purement économique. Leurs motivations, et celles de leurs salariés, ont relevé de considérations spirituelles qui ont été largement ignorées ou minorées.

Ce sont quelques-unes de ces questions que la deuxième séance du « carrefour des sciences sociales » souhaiterait examiner en confrontant les points de vue de chercheuses et de chercheurs ayant des ancrages disciplinaires spécifiques.

Bibliographie indicative

B. Andersen, J. Bentzen, C. J. Dalgaard, & P. Sharp , « Pre‐Reformation Roots of the Protestant Ethic », The Economic Journal, 2016 (http://wrap.warwick.ac.uk/59222/1/WRAP_137_2013_andersen.pdf)

Johan Fischer, Proper Islamic Consumption : Shopping among the Malays in Modern Malaysia, Copenhague, NIAS, 2008.

Rémy Madinier, « Du phalanstère au marché de niche : genèse et évolution de l’immobilier islamique indonésien », Archives des sciences sociales des religions, n° 175, 2016, p. 111-134.

Gwenaël Njoto-Feillard, L’islam et la réinvention du capitalisme en Indonésie, Paris, IISMM-Karthala, 2012

Kenneth Pomeranz, The Great Divergence : China. Europe, and the making of the modern world economy. Princeton University Press, 2000

Daromir Rudnyckyj, Spiritual economies : Islam, globalization and the afterlife of development, Ithaca, New York, Cornell University Press, 2010.

Inscription aux Journées DocAsie 2017

Les 11ème journées DocAsie se dérouleront du 21 au 23 juin 2017 à Marseille. Pour ce 10ème anniversaire, elles se dérouleront entre le Mucem et la Maison Asie-Pacifique et auront pour thème :

Explorer et exposer : voyages, témoignages et objets documentaires. Autour des collections françaises sur l’Asie.

De l’exploration à l’exposition : Témoignage des relations entre la France et l’Asie, résultat d’une « relation », d’un voyage, le document, de collections asiatiques, est ensuite « objectivé » pour devenir source d’exploration, objet d’études, objet conservé, élément constitutif d’une collection, et peut devenir ensuite objet d’exposition.

Les inscriptions sont maintenant ouvertes. Jusqu’au 31 mai 2017. Il vous suffit de vous rendre sur le site : http://docasie.cnrs.fr/spip.php?article179, où vous trouverez également le programme.

Dans l’attente de nous retrouvez nombreux sous le soleil de la cité phocéenne,

Le comité de pilotage de Docasie

Séminaire interdisciplinaire d’histoire économique – Questions sur l’économie de la Chine (XIe et XIIe / XVIe-XIXe siècles)

Le mardi 25 avril – de 16h à 19h, Christian Lamouroux et François Gipouloux vont intervenir dans le cadre du  séminaire interdisciplinaire d’histoire économique (CIHAM, HiSoMA & LARHRA)

MOM Salle Reinach –  entrée par le 86 rue Pasteur – Lyon 7e.

Christian Lamouroux : « Les marchés et l’intégration des économies régionales dans la Chine des XIe et XIIe siècles »
Après une introduction consacrée aux historiographies chinoise,   japonaise et occidentale,   qui analysent l’histoire économique de la Chine entre le début du second millénaire et la fin de l’empire en 1911, on abordera une de leurs thématiques centrales : la question du marché et des marchés. Il s’agira d’éclairer deux points : y a-t-il eu une révolution médiévale en Chine ? Un marché a-t-il existé à l’échelle de l’empire ? »

François Gipouloux : « Une histoire économique comparée Europe Chine est-elle possible ? Réflexions préliminaires sur la trajectoire spécifique des institutions économiques chinoises à la fin de l’époque impériale,  XVIe-XIXe siècle »
Cette présentation s’attachera à explorer la trajectoire spécifique de quelques institutions économiques chinoises à travers l’exemple de 3 réseaux régionaux de marchands (Fujian, Anhui et Shanxi) sur une période qui va du XVIe au XIXe siècle. Elle revisitera la thématique de la ‘grande divergence’ développée par Pomeranz en prenant en considération la question suivante: alors que l’économie de marché dans la Chine impériale tardive est florissante et que les riches marchands prolifèrent,  pourquoi l’accumulation et la transmission du capital est-elle aussi problématique ? »

séminaire de l’IAO : Laure Zhang

« La Législation complexe de l’Etat impérial des Qing sur des territoires des Miao : le cas du trafic d’êtres humains dans le Guizhou au 18ème siècle »

Laure Zhang, professeure ordinaire à l’université de Genève, chercheuse au CECMC (EHESS, Paris), est historienne du droit et de la peine capitale en Chine.

Mardi 23 mai 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : La conquête des territoires des Miao au 18ème siècle s’est accompagnée par une reconnaissance limitée de certaines de leurs « règles coutumières » mais aussi par l’imposition de plus en plus rigoureuse des lois impériales à leur encontre. Pour imposer son monopole sur la violence au sein de ces nouveaux territoires, l’État impérial organise des campagnes militaires ou policières successives pendant plus d’un siècle. Ces campagnes sont dirigées contre trois grands crimes attribués aux Miao « crus » : le pillage, l’enlèvement contre rançon et le trafic d’êtres humains. Au cours des combats contre ce dernier crime, le législateur mandchou fait face à un double dilemme : maintenir le privilège originellement propre aux gens des bannières de posséder des esclaves tout en permettant la possession limitée de gens de conditions servile par de simples particuliers chinois ; criminaliser le trafic d’êtres humains organisé par les trafiquants alors même qu’ils tolèrent leur participation au commerce de populations Miao capturées par l’armée impériale.

Shanghai JORISS Workshop

April 14-15, 2017 East Normal University

Policing port cities during the « colonial era » : Tianjin & Shanghai : interaction between Western and Chinese police forces, 1860-1945

First Workshop : Circulation of men and police knowledge in Contemporary China organized by Christine Cornet, Professor at Sciences‐Po Lyon and Ruan Qinghua, professor at East China Normal University.

The study of the police forces in Chinese cities, especially those established and run by foreigners, represents a new field of Chinese urban history. Over the last past years, the question of social control and public order in the cosmopolitan treaty ports has received more attention. This workshop opens a new approach of policing the Chinese Treaty Ports in exploring influence and conflict between foreign and chinese police forces. Influence means hybridization between local and external practices of social order. Influence of foreign model police in China began at the end of the XIX century with the german police system exported to Japan Meiji and « reproduced » in China. But the presence of British, French and American in China offered new model for policing the cities. The ambiguous status of treaty ports cities divided into several municipalities institutions (administration, law, police, urbanworks, health, transport, education), modified the nature of social control and public order. But before the arriving of Westerners China had its own traditional system of social control. The reform of the police is part of the general process of institutional reform during the late Qing period and it is also embedded in the army modernization.

Programme (日程安排)

Séminaire de l’IAO : Luca Gabbiani


« La dynastie Qing (1644-1911) et sa « nouvelle histoire » – Essai de synthèse autour d’un débat historiographique et de ses enjeux »

Luca Gabbiani, maître de conférences à l’EFEO (UMR 8173 « Chine, Corée, Japon »)

Vendredi 07 avril 2017, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Résumé : La dynastie Qing est la dernière à avoir régné sur la Chine impériale. Depuis un bon demi-siècle, les historiens ont activement revisité la période en s’appuyant sur l’immense réservoir documentaire qu’elle nous a laissé. Le propos de cette intervention sera centré sur les débats qui ont secoué le monde des spécialistes de l’histoire de cette dynastie depuis une vingtaine d’année autour de la notion de « nouvelle histoire Qing » (New Qing History), façonnée aux États-Unis dans le sillage de l’essor, sur place, des études mandchoues. Nous nous efforcerons de dresser un bilan de cette entreprise et nous nous interrogerons sur les enjeux historiographiques qui ont divisé – et continuent de le faire – les historiens, notamment en Chine continentale et aux États-Unis, autour du programme et des méthodes de cette nouvelle approche de l’histoire Qing. Pour clore cette synthèse, nous tenterons d’esquisser dans ses grandes lignes la forme que pourrait prendre une histoire de la dynastie Qing intégrant les avancées issues de ces débats.

Réunion annuelle du réseau DocAsie 2017 – Appel à contributions

Appel à contributions pour les journées DocAsie 2017 : « Explorer et exposer : voyages, témoignages et objets documentaires. Autour des collections « asiatiques »

21-23 juin 2017, Maison Asie-Pacifique et MUCEM, Marseille

De l’exploration à l’exposition : Témoignage des relations entre la France et l’Asie, résultat d’une « relation », d’un voyage, le document, de collections asiatiques, est ensuite « objectivé » pour devenir source d’exploration, objet d’études, objet conservé, élément constitutif d’une collection, et peut devenir ensuite objet d’exposition.

Les interventions devront s’intéresser à une collection ou à un document (monographique, cartographique, photographique, filmographique, archivistique, manuscrit ou de littérature grise, objets d’art ou ethnographiques), dans cette dimension objective et/ou muséale.

Les trois « étapes » exposées plus haut, constitutives de nos fonds documentaires, pourront être, ensemble ou séparément, la matière des présentations.

Comment une collection a-t-elle été constituée. Son origine est-elle un voyage, des voyages ? A-t-elle elle-même voyagé ? Quels témoignages donnent-t-elle des relations entre France et Asie ? Que différencie collections institutionnelles et privées ?

  • Qu’est-ce que la conservation des collections : ses aspects sémantiques (homogénéité ou non…, intégrité ou non…, pérennité des politiques documentaires…) ; ses aspects techniques (la conservation matérielle selon les types de documents)
  • Qu’est-ce qu’une collection de documents sources ? Des collections, des documents sont-ils devenus des objets d’études, en dehors de leurs contenus ?
  • Qu’est-ce que « faire parler » un document ? Qu’est-ce qu’exposer des documents ? Les multiples manières de les « mettre en scène » (expositions « réelles » / expositions virtuelles) pourront être traitées sous forme de retours d’expériences.

Ces questions, destinées à guider les intervenants dans leur réflexion, ne peuvent qu’en amener d’autres.

Vos propositions d’interventions devront être envoyées avant le 15 avril 2017 à l’adresse suivante : christophe.caudron@univ-amu.fr

Colloque international – Droit Japonais, droit français, quelle réforme ?

17 mars 2017 – Sciences-po Lyon, salle du conseil
18 mars 2017 – ENS de Lyon, Site Descartes – salle du conseil

Cette conférence internationale est consacrée au dialogue entre juristes japonais, français et allemands, plus particulièrement sous l’angle de la réforme juridique.

Le Japon et la France ont fait le choix d’un système juridique codifié. Si un tel système a pour avantage la stabilité, il a pour inconvénient une certaine résistance à l’évolution des sociétés. La survie de la codification dépend de sa réforme. Or, mal conduite, elle porte en germe la défiance à l’égard de l’ensemble du droit même, en tant que régulateur structurel et elle peut aboutir à l’instabilité sociale.

Un vaste questionnement survient alors : qui ? comment ? pourquoi ? Qui peut ou doit réformer ? Comment réformer tout en préservant les fondements de l’édifice, comment adapter sans dénaturer, comment intégrer les nouvelles règles, dans quel but réformer, comment adhérer aux besoins de la société, quelles méthodes, quelle évaluation ? etc.

En droit privé positif, la réforme est omniprésente : en droit des obligations, des personnes, des sociétés, social… en droit national comme international. Une dimension particulière du mouvement contemporain est son interdépendance essentielle avec la mondialisation juridique.

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE

Renseignements :
http://droitjaponais.wordpress.com/
http://droitjaponais.sciencesconf.org/
beatrice.jaluzot@ens-lyon.fr

Programme

Prix de thèse du GIS Asie 2016

La première édition du Prix de thèse sur l’Asie, organisée par le GIS Asie, a attiré une 50-taine de candidatures. Trois prix ont été proposés pour récompenser des travaux portant sur l’Asie, soutenus en France ou en français, entre 2014 et 2015, dans toutes les disciplines des lettres et sciences humaines et sociales. Le jury a également souhaité attribuer un accessit à Mme Huayan Wang pour sa thèse Cui Fujun, entre juge des enfers et magistrats locaux : les sociétés locales vues à travers l’évolution d’un culte local en Chine du XIe au XVe siècle, sous la direction de M. Christian Lamouroux, à l’EHESS.

Résumé de la thèse : Prenant principalement appui sur des sources épigraphiques, le présent travail est centré sur l’histoire politique et sociale d’un culte durant sa période de développement entre le Xe et le XVe siècle. Ce culte, né dans la Chine du Nord vers le IXe siècle, était fondé sur des sources légendaires, historiques et religieuses autour d’un personnage nommé Cui Fujun 崔府君. Il s’est d’abord développé dans des sociétés locales avant d’être intégré dans les registres des sacrifices officiels à la fin du Xe siècle pour avoir légitimé plusieurs successions impériales ou avoir protégé le territoire de l’empire. Durant la période étudiée, plusieurs dynasties d’origines ethniques différentes se succédèrent ou cohabitèrent ; chacune d’elles trouva un intérêt à s’approprier ce culte en octroyant à la divinité des titres et en lui offrant des sacrifices. Cette faveur des pouvoirs dynastiques a contribué à sa popularité et à sa diffusion dans les sociétés locales qui, quant à elles, créèrent leurs propres sources pour alimenter cette croyance. Notre étude se déroule en deux étapes et sur deux terrains. Dans un premier temps, nous étudions le rôle politique du culte de Cui Fujun, d’abord au sein d’une seule dynastie, celle des Song (960-1279), puis entre deux dynasties rivales, les Song et les Jin (1115-1234). Grâce à la légende qui faisait de Cui Fujun le juge des enfers qui avait été capable de sortir Tang Taizong (r. 626-649) de la crise de succession où le fratricide l’avait entraîné, les empereurs des Song ont pu éviter eux-mêmes plusieurs crises de succession. Durant la période où les Jin et les Song du Sud se disputaient des territoires, les premiers firent de Cui Fujun le substitut du dieu du Pic du Sud (Nanyue 南嶽), pour qu’il reçoive les sacrifices dus à ce dernier alors que le Pic se situait dans le territoire administré par les Song du Sud. De ce fait, la cour des Jin a pu rendre des sacrifices complets aux cinq Monts sacrés, symbole de la souveraineté sur tout le territoire. Parallèlement, les Song du Sud vénéraient Cui Fujun comme dieu protecteur de la famille impériale puisqu’il était censé avoir sauvé Gaozong (r. 1127-1162), le premier empereur, et prédit la naissance de Xiaozong (r. 1162-1189), son successeur.

Dans un second temps, notre regard porte sur divers aspects des sociétés locales entre les XIIIe et XVe siècles. Considéré comme un fonctionnaire modèle, représentant de la justice et protecteur du peuple, mais aussi défenseur du territoire, Cui Fujun fut vénéré du nord au sud. Au nord, dans les lieux d’origine de son culte, Luzhou et Cizhou, nous observons divers milieux sociaux : des fonctionnaires, des notables locaux, de simples villageois. Nous constatons que plusieurs activités cultuelles organisaient la vie collective et assuraient l’ordre social : constructions de temples, donations et prières. Au sud, sur les lieux d’extension du culte, nous observons un processus d’intégration et un phénomène d’adaptation du culte à des situations variées.

Workshop Korean Archaeology and Cultural Heritage

Dans le cadre du séminaire pluridisciplinaire du Centre de Recherches sur la Corée (CRC), un atelier en deux parties sur l’archéologie et le patrimoine culturel de la Corée aura lieu :

Workshop « Korean Archaeology and Cultural Heritage »
Le vendredi 17 mars 2017, de 14h00 à 17h30
Maison de l’Asie (Grand salon), 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris

Cet atelier sera précédé par une conférence d’Arnaud Nanta (CNRS – IAO) dans le cadre du séminaire « Sciences et savoirs de l’Asie orientale dans la mondialisation » :

« La recherche archéologique et la compilation de l’histoire menées par le Japon en Corée colonisée (1905-1938) »
Le mardi 14 mars 2017, de 15h00 à 17h00
Salle Élisabeth Allès (681), Bât. Le France, 190-198 avenue de France, 75013 Paris

PROGRAMME

14 March 2017, 15h00-17h00

Introductory conference by Arnaud NANTA (CNRS – IAO): La recherche archéologique et la compilation de l’histoire menées par le Japon en Corée colonisée (1905-1938)
Venue: Salle Élisabeth Allès (681), Bât. Le France, 190-198 avenue de France, 75013 Paris

17 March 2017, 14h00-17h30
Venue: Centre de recherches sur la Corée (CRC)
Maison de l’Asie (Grand salon) – 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris

14h00-14h30: Luis BOTELLA (University of Malaga)
Achieving Professional Credentials: South Korean Archaeology and University Degrees (1945-1979)

14h30-15h00: Linda GILAIZEAU (Mount Fuji World Heritage Center)
A Study of Korean and Japanese Interactions during Protohistory

15h00-15h30: Codruta SINTIONEAN (Babeş-Bolyai University)
Searching for the ‘Original Form’: The Practice of Reconstruction of Architectural Heritage in South Korea

15h30-16h00: Coffee break

16h00-16h30: Bryan SAUVADET (INALCO)
Religious Art in North Korea: The Missing Link in Korean Heritage Studies

16h30-17h00: Ariane PERRIN (UMR 8173)
Repatriating Korea’s Lost Cultural Properties

17h00-17h30: Discussant: Arnaud NANTA (CNRS – IAO)

Soutenance : HOU Qingbin

Le lundi 6 mars 2017 à 9h, Huo Qingbin soutiendra sa thèse de doctorat intitulée : « La cour mixte française de Shanghai à la fin des Qing (1869-1911) ». Cette thèse a été préparée sous la direction de Jérôme Bourgon, Directeur de recherche CNRS et XU Jilin, Professeur East China Normal University. La soutenance aura lieu dans la salle de direction par visioconférence.

Le jury se compose de 7 membres suivants :
ZHANG, Laure, Professeure, Université de Genève
WANG, Zhiqiang, Professeur, Fudan University
HENRIOT, Christian, Professeur, Université Aix-Marseille
BOURGON, Jérôme, Directeur de recherche, CNRS
XU, Jilin, Professeur, East China Normal University
CORNET, Christine, Professeure, Sciences Po Lyon
CONSTANT, Frédéric, Maître de conférences, Université Paris Ouest Nanterre la Défense

Colloque : La Chine et l’Union européenne : une relation win-win ?

Le Master 2 Relations Internationales & Diplomatie organise un colloque sur le thème :  » La Chine et l’Union européenne : une relation win-win ?  »

Date :  jeudi 9 mars 2017, 9h00-17h00
Lieu : Grand Amphithéâtre de l’Université de Lyon, 92 rue Pasteur 69007 Lyon

Téléchargez le programme détaillé