Christopher Goscha : Prix littéraire en histoire

Le professeur Christopher Goscha, du Département d’histoire, a remporté le John K. Fairbank Prize for East Asian history pour son ouvrage Vietnam: A New History (Basic Books, 2016). Ce prix lui sera décerné dans le cadre du congrès annuel de l’American Historical Association, qui aura lieu du 4 au 7 janvier prochains à Washington. Ce prix est offert chaque année à un ouvrage original portant sur l’histoire post-1800 de la Chine, du Vietnam, de l’Asie centrale, de la Mongolie, de la Mandchourie, de la Corée ou du Japon.

Le Vietnam d’aujourd’hui est une mosaïque fascinante de gens, de langues et de cultures – ce petit pays héberge plus de 50 groupes ethniques parlant plus d’une demi-douzaine de langues. Cette extraordinaire diversité est l’héritage de plusieurs siècles marqués par de nombreuses reconfigurations politiques. Dans Vietnam: A New History, Christopher Goscha raconte l’histoire du pays, de l’Antiquité à nos jours. «Des générations d’empereurs, de rebelles, de prêtres et de colonisateurs ont laissé un héritage complexe dans ce pays remarquable, écrit-il. La mainmise des Chinois, des Français et des Japonais a refaçonné et modernisé le pays, comme l’ont fait les visées coloniales des Vietnamiens eux-mêmes lorsqu’ils ont voulu étendre leur influence au sud du delta du Fleuve Rouge.» Des grands seigneurs Trinh et Nguyen au 17e siècle à la guerre du Vietnam, en passant par les colonisateurs français qui l’ont annexé avec le Laos et le Cambodge au sein de l’Indochine, plusieurs dynasties et États ont régné sur  – et se sont battus pour – ce qui est devenu le Vietnam. Tandis que de plus en plus de touristes y affluent et que l’Asie du Sud-Est est de nouveau le théâtre d’intenses rivalités, cet ouvrage se présente comme la référence historique incontournable à propos du Vietnam.

L’ouvrage du professeur Goscha est également l’un des dix finalistes pour le Cundill History Prize, doté d’une bourse de 75 000 dollars US. Ce prix, décerné par l’Université McGill, récompense le meilleur ouvrage d’histoire écrit en anglais. Le gagnant de ce prix sera dévoilé le 16 novembre prochain.

Invitation pour la parution de « Fantômes dans l‘Extrême-Orient d’hier et d’aujourd’hui »

le samedi 7 octobre 2017 à 17 h, La librairie le Phénix, Huguette Rigot, directrice des Presses de l’Inalco ont le plaisir de vous convier à la présentation et à la signature des ouvrages « Fantômes dans l‘Extrême-Orient d’hier et d’aujourd’hui » Tomes 1 & 2, sous la dir. de Marie Laureillard et Vincent Durand-Dastès.

Librairie le Phénix – 72, boulevard Sébastopol – 75003 Paris

Nouvelle publication – Fantômes dans l’Extrême-Orient d’hier et d’aujourd’hui

Vincent Durand-Dastès, Marie Laureillard (dir.), Fantômes dans l’Extrême-Orient d’hier et d’aujourd’hui, Pais, Presses de l’Inalco, 2017.

Nous avons, en écrivant cet avant-propos, pleine conscience du paradoxe qu’il y a à mettre entre les mains des lecteurs un ouvrage dont le poids physique semble en décalage presque grotesque avec l’immatérialité de son sujet. Il est en revanche le signe de la passion qu’ont exercées, tout au long de l’histoire chinoise, et, selon leurs propres modalités, dans les pays voisins, les apparitions des êtres revenus du monde des morts. Car cette passion a inspiré tant d’auteurs chinois, coréens ou japonais anciens ou modernes, qu’elle finit par rejaillir sur les universitaires qui étudient les civilisations de ces contrées. Témoin les nombreuses propositions de communications que suscita notre appel pendant l’été 2012 et qui se traduisit par le colloque international organisé les 21, 22 et 23 février 2013 à l’Inalco, en liaison avec l’Institut d’Asie orientale de Lyon. Le présent volume essaiera d’en perpétuer l’apparition.

Plus info : http://www.inalco.fr/publication/fantomes-extreme-orient-hier-aujourd-hui

Nouvelle publication : Le cheval à trois jambes

cheval-a-trois-jambesDans Le cheval à trois jambes, anthologie de littérature taïwanaise dirigée par Angel Pino et Isabelle Rabut et qui vient de paraître aux éditions You-Feng, Marie Laureillard a traduit la nouvelle « La mère qui fuyait » de Guo Songfen.

Résumé : En 1945, le gouvernement nationaliste de Tchiang Kai-chek reprend possession de Taiwan. La grande migration consécutive à sa défaite en Chine amène de l’autre côté du détroit plus d’un million d’exilés du Continent. Les écrivains taïwanais sont marginalisés et l’interdiction faite d’utiliser le japonais réduit au silence nombre d’entre eux. Un climat politiquement lourd s’installe sur l’Île, placée sous le régime de la loi martiale pour de longues années. La littérature parvient cependant à s’affranchir des thèmes imposés de la lutte anti-communiste, et la fin des années 1950 voit éclore un courant moderniste très ouvert sur l’Occident, cependant que des auteurs du cru recommencent à se faire entendre dans des œuvres imprégnées de couleur locale et de réalisme. Le choix proposé ici, qui rassemble des écrivains tous nés avant 1945, mêle ces différentes voix, souvent graves, plus rarement teintées d’une touche d’humour : voix du déracinement, voix de la détresse sociale dans un monde qui bouge, voix obsédante du souvenir, voire de la mauvaise conscience, pour ceux qui se rappellent que Taiwan fut japonaise pendant un demi-siècle.

Textes de Zhong Lihe, Lin Haiyin, Chen Qianwu, Zheng Qingwen, Bai Xianyong, Guo Songfen, Wang Wenxing et Wang Zhenhe
traduits du chinois par Sonia Au Ka-lai, Gérard Henry, Marie Laureillard, Charlotte Malo-Masuda, Sandrine Marchand, Angel Pino et Isabelle Rabut,
et édités par Angel Pino et Isabelle Rabut.

Source : http://www.librairielephenix.fr/livres/le-cheval-trois-jambes-9782842797584.html

Nouvelle publication d’Arnaud Nanta dans l’ouvrage 科学と社会の知

couverture_%e7%a7%91%e5%ad%a6%e3%81%a8%e7%a4%be%e4%bc%9a%e3%81%ae%e7%9f%a5Arnaud Nanta vient de publier 2 articles dans l’ouvrage Kagaku to shakai no chi 科学と社会の知 (Science et savoirs de la société), Jinshu shinwa o kaitai suru 人種神話を解体する (Déconstruire le mythe de la race).

Arnaud Nanta, « Jinshushugi to kagakusha no “chūritsusei” — Anri Varowa no katsudō o chūshin ni » 人種主義と科学者の「中立性」――アンリ・ヴァロワの活動を中心に (Racisme et “neutralité” des scientifiques — Autour de Henri Vallois), in Sakano Tōru 坂野徹 & Takezawa Yasuko 竹沢泰子 dir., Kagaku to shakai no chi科学と社会の知 (Science et savoirs de la société), Jinshu shinwa o kaitai suru 人種神話を解体する (Déconstruire le mythe de la race) vol. 2, Presses de l’université de Tokyo, 2016, p. 81-101

Et celle du chapitre qu’il a traduit dans ce même livre :

Arnaud Nanta & Kobayashi Shinju 小林新樹 (traduction par) : Carole Reynaud Paligot レノーパリゴ « Furansu ni okeru keishitsu jinruigaku no hensen shi — 19 seiki matsu kara no jinshu kagaku o megutte » (L’anthropologie physique et la science des races en France à partir de la fin du 19e siècle), in Sakano Tōru 坂野徹 & Takezawa Yasuko 竹沢泰子 dir., Kagaku to shakai no chi科学と社会の知 (Science et savoirs de la société), Jinshu shinwa o kaitai suru 人種神話を解体する (Déconstruire le mythe de la race) vol. 2, Presses de l’université de Tokyo, 2016, p. 61-80

Nouvelle poublication : Les lieux de la loi en Chine impériale

couverture_extremeorientextremeoccidentJérôme Bourgon (dir.), Les lieux de la loi dans la Chine impériale, Extrême-Orient, Extrême-Occident, n° 40 (2016), Numéro publié avec le soutien de l’Institut d’Asie Orientale.

Comment l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a-t-il réussi à combiner de vastes régions en un ensemble cohérent et durable qui structure encore l’espace chinois ?

Durant l’essentiel des temps historiques, la loi s’est déplacée d’un relais de poste à l’autre à la vitesse d’un cheval au galop, sous Napoléon comme sous ses contemporains en Chine. Ce pays se présente aujourd’hui comme un territoire homogène, dont tous les habitants vivent à l’heure de Pékin.

Extrême-Orient, Extrême-Occident « ressuscite » un temps où les régions de cet immense ensemble avaient encore une forte identité. Autant de lieux divers que l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a su combiner en un même espace juridique.

Coordinateur(s) du numéro : Jérôme Bourgon |
Auteur(s) : Frédéric Constant | E. John Gregory | Jean-Louis Halperin | Zhang Ning | Max Oidtmann | Eric Schluessel | Ulrich Theobald | Xie Xin-zhe | Wang Zhiqiang

Consulter le sommaire sur le Revue.org

Nouvelle publication de Romain Graziani dans l’ouvrage Ideology of Power and Power of Ideology in early China

couverture_ideologychinaGraziani, Romain, « Monarch and Minister : Reflections on an impossible partnership in the building of absolute monarchy », in The Ideology of Power and Power of Ideology in early China, ed. Paul Goldin, Martin Kern, and Yuri Pines, Brill, Leyden 2015, p.155-180.

Ideology of Power and Power of Ideology in Early China explores ancient Chinese political thought during the centuries surrounding the formation of the empire in 221 BCE. The individual chapters examine the ideology and practices of legitimation, views of rulership, conceptualizations of ruler-minister relations, economic thought, and the bureaucratic administration of commoners.

The contributors analyze the formation of power relations from various angles, ranging from artistic expression to religious ideas, political rhetoric, and administrative action. They demonstrate the interrelatedness of historiography and political ideology and show how the same text served both to strengthen the ruler’s authority and moderate his excesses. Together, the chapters highlight the immense complexity of ancient Chinese political thought, and the deep tensions running within it.

Contributors include Scott Cook, Joachim Gentz, Paul R. Goldin, Romain Graziani, Martin Kern, Liu Zehua, Luo Xinhui, Yuri Pines, Roel Sterckx, and Charles Sanft.

Plus information : http://www.brill.com/products/book/ideology-power-and-power-ideology-early-china

Nouvelle Publication – Histoire des techniques, histoire des mondes xvie-xviiie siècles

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Guillaume Carnino, Liliane Hilaire-Pérez, Aleksandra Kobiljski (dir.), Histoire des techniques, histoire des mondes xvie-xviiie siècles, Paris. PUF, 2016. 608 p.  (Collection Nouvelle Clio)

Résumé

L’histoire des techniques entre 1500 et 1800 est présentée tout d’abord de façon géographique, par grandes zones géographiques (Europe, Afrique, Moyen-Orient, Asie, Amériques, Océanie, etc.), puis de façon thématique, afin d’insister sur les principales orientations de la recherche actuelle : sont ainsi détaillés les liens entre les techniques et le pouvoir politique, l’agriculture, la religion, le genre, le corps, l’environnement, etc. L’objectif est de fournir un état de l’art tout en précisant les directions empruntées par la recherche en histoire moderne des techniques dans une perspective ouverte à l’échelle du monde, résolument comparatiste et soucieuse de regards croisés, y compris à l’échelle diachronique.

Présentation des auteurs

  • Guillaume Carnino : maître de conférences en histoire des sciences et techniques à l’Université de Technologie de Compiègne
  • Liliane Hilaire-Pérez : professeur d’histoire moderne à l’Université Paris 7 et directrice d’études à l’EHESS
  • Aleksandra Kobiljski : chargée de recherche en histoire des mondes modernes et contemporains au CNRS

Points forts

  • Première grande synthèse d’un champ actuellement en ébullition : l’histoire des techniques.
  • Première grande synthèse en histoire des techniques à l’échelle globale. Cela n’existe pas en langue anglaise.
  • Ouvrage permettant d’approfondir le programme des concours de Capes/Agrégation d’histoire en 2017.

Plus info sur https://www.puf.com/content/Histoire_des_techniques

L’interview de Virginie Vial dans China Business Review

Vient de paraître : l’interview de Virginie Vial dans China Business Review sur les micro-entreprises et le bien être économique.

vial-kedge-cbn-oct-2016-2Households’ Micro-Entrepreneurship and Economic Welfare

Micro-entrepreneurship is composed of companies with one to five employees. It represents between 70% and 80% of global employment. It is therefore central in the discussions on employment, growth, and economic development policies. However, in the absence of formal employment opportunities, micro-entrepreneurship is often considered as necessity entrepreneurship, which is generally not productive. Indeed, on the one hand, opportunity entrepreneurship, which is based on innovation, brings growth and productivity gains. On the other hand, necessity entrepreneurship uses low technology and skills, and serves mainly as livelihood provider, thus supposedly not contributing to growth and development. In general, the productivity measurement of these micro-companies is done at the individual level, and ignores their context and heterogeneity.

In particular, in terms of context, it is necessary to estimate the returns of micro-entrepreneurship, not at the level of individuals, but at the level of the household, which carries ownership, management and decisions, saving and financing, production and consumption.

In addition, micro-entrepreneurial households are heterogeneous in terms of their initial level of economic well-being, and have various objectives: supplement their income and consumption; mitigate their vulnerability; escape poverty; increase social status; or acquire non-pecuniary benefits.

This welfare can be measured by three indicators covering different areas: income, which includes short-term market factors; consumption, which includes short-term market and non-market factors; and assets, covering long-term market and non-market factors. Income, consumption and assets reflect different dimensions of economic well-being: obtaining resources; a response to basic needs; and a way to manage risk.

In the case of Indonesia, for example, participation in micro-entrepreneurship has a positive effect on the economic well-being of all households, with a higher relative income for the poorest. For this segment of the population, micro-entrepreneurship has a strong impact on the additional income, which translates into a higher consumption, and more interestingly, into a greater accumulation of assets which represents a long term benefit for households that are most in need.

Source: Vial, V. and J. Hanoteau, (2015) « Returns to micro-entrepreneurship in an emerging economy: A study of entrepreneurial quantile Indonesian Households’ welfare », World Development, Vol. 74.
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0305750X15000923

L’invitation au voyage : géographie post-coloniale du tourisme domestique au Việt Nam

peyvel2016Nouvelle publication d’Emmanuelle Peyvel, L’invitation au voyage : géographie post-coloniale du tourisme domestique au Việt Nam, Lyon, ENS Éditions, 2016. 272 p.

Description
Comment devenons-nous touriste ? Peut-on repenser la mondialisation du tourisme au regard des arts de faire de celles et ceux qui l’inventent aujourd’hui ? Cet ouvrage se propose de répondre à partir du Việt Nam, pays encore pauvre qui enregistre une croissance significative du tourisme domestique depuis plus de vingt ans.
Les observations in situ et les matériaux biographiques construits depuis 2005 à travers le pays permettent de comprendre comment les Vietnamiens apprennent aujourd’hui à voyager dans leur pays, où les richesses comme les inégalités s’accroissent depuis le Đổi Mới. Une analyse critique de la gestion politique et normative du tourisme domestique, d’une part par l’État vietnamien et d’autre part par les institutions mondiales du tourisme, complète ce travail de terrain, afin de traduire les rapports complexes que ces touristes entretiennent avec les systèmes de contraintes au sein desquels ils se meuvent.La colonisation comme le socialisme sont ici compris non seulement comme des périodes historiques, mais aussi comme un ensemble d’organisations, de valeurs, d’acteurs et de pratiques qui sont aujourd’hui mobilisés comme ressources afin de construire des mobilités touristiques. L’étude géographique qui en est faite révèle l’inventivité de leurs apparitions, réappropriations et multiplications, selon des hybridations et des circulations, parfois conflictuelles, de pratiques et d’imaginaires.

Emmanuelle Peyvel est Maître de Conférences agrégée en géographie à l’Université de Bretagne Occidentale (UBO, Brest) et membre de l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062, Lyon). Boursière Vent d’est à Hà Nội de 2005 à 2007, diplômée de l’INALCO en 2008, elle a soutenu son doctorat sur le tourisme domestique au Việt Nam en 2009. Ses recherches portent sur la mondialisation touristique en contexte post-colonial et post-socialiste, l’apprentissage de compétences mobilitaires à des fins récréatives et le rôle du tourisme et des loisirs dans la fabrique urbaine vietnamienne.

Plus infos sur l’ENS Éditions

Christopher Goscha : The Penguin History of Modern Vietnam

A paraître le 30 juin 2016. Le nouvel ouvrage de Christopher Goscha, professeur d’histoire à l’UQAM (Montréal). Une somme de 672 p. qui revisite l’histoire du Viêt-Nam.

Goscha_ThePenguinHistoryofModernVietnam_2016-326x500Présentation de l’éditeur :

Over the centuries the Vietnamese have beenboth colonizers themselves and the victims of colonization by others. Their country expanded, shrunk, split and sometimes disappeared, often under circumstances far beyond their control. Despite these often overwhelming pressures, Vietnam has survived as one of Asia’s most striking and complex cultures.

As more and more visitors come to this extraordinary country, there has been for some years a need for a major history – a book which allows the outsider to understand the many layers left by earlier emperors, rebels, priests and colonizers. Christopher Goscha’s new work amply fills this role. Drawing on a lifetime of thinking about Indochina, he has created a narrative which is consistently seen from ‘inside’ Vietnam but never loses sight of the connections to the ‘outside’. As wave after wave of invaders – whether Chinese, French, Japanese or American – have been ultimately expelled, we see the terrible cost to the Vietnamese themselves. Vietnam’s role in one of the Cold War’s longest conflicts has meant that its past has been endlessly abused for propaganda purposes and it is perhaps only now that the events which created the modern state can be seen from a truly historical perspective.

Christopher Goscha draws on the latest research and discoveries in Vietnamese, French and English. His book is a major achievement, describing both the grand narrative of Vietnam’s story but also the byways, curiosities, differences, cultures and peoples that have done so much over the centuries to define the many versions of Vietnam.

Christopher Goscha is professor of history at the University of Quebec at Montreal. He has spent much of his adult life studying the people, politics and history of Southeast Asia, particularly Thailand, Cambodia, Laos and Vietnam. He studied at Georgetown University and the Ecole Pratique des Hautes Etudes (IVème Section, La Sorbonne, Paris). He has written extensively about many of the different regions of Indochina.

Pour en savoir plus : Perseus Academic et Mémoires d’Indochine

Nouvelle Publication : End of Empire

EndEmpire

David P. Chandler, Robert Cribb and Li Narangoa (éds.), End of Empire : 100 Days in 1945 that Changed Asia and the World, NIAS Press, 2016.

Avec les contributions pour l’IAO de Christopher E. Goscha, François Guillemot et Vatthana Pholsena.

Aiming to balance the focus on European events in global public discussions and reminiscences of World War II, End of Empire focuses on a brief, 100-day period at the end of the war across a broad sweep of eastern Asia – a time when the Indonesian and Vietnamese revolutions were born, the fragile wartime truce between Communists and Nationalists in China began to fray, and the first steps were made in Japan towards a new democratic order. Following a chronological order, the volume combines daily events with commentary, photographs, maps and personal accounts. More importantly, it is part of a radical, multi-faceted project to commemorate the period not just in print but also on screen and in ‘real-time broadcasts’ published day by day. Here, perhaps, is the form of scholarly publishing and learning of the future but without abandoning traditional standards.

Lien vers la présentation de l’ouvrage : http://www.niaspress.dk/books/end-empire
Lein vers le site End of Empire : http://www.endofempire.asia/
Page Facebook : https://www.facebook.com/endofempire1945/

Nouvelle publication : Une tablette aux ancêtres

TabletteAuxAncetres Stéphane Corcuff

Une tablette aux ancêtres est une nouvelle de Stéphane Corcuff, Chercheur associé de l’Institut d’Asie Orientale, publiée en 2015 chez L’Asiathèque.

Dans une nouvelle à mi-chemin entre travail littéraire et travail académique (modes d’écritures différents qu’il revendique comme étant tout aussi importants pour un chercheur), l’auteur se met en scène, écrivant à la première personne, pour relater la « rencontre » d’un chercheur avec une tablette funéraire dans le sud de Taïwan. Trouvée dans une maison japonaise abandonnée, il décide la ramener chez lui, et analyse alors les réactions de son entourage, et les siennes propres, à cet « acte » culturel qui peut paraître insensé localement, et qui le conduira finalement à être formellement « adopté » par ces ancêtres lors d’une cérémonie dans un grand temple bouddhiste de Taipei, le temple Shandao.

« Aperçu sur les coutumes religieuses de l’Asie confucéenne », le texte évoque autant les coutumes et croyances taïwanaises que l’histoire politique récente tumultueuse de Taïwan. Nouvelle clairement rédigée dans un style littéraire, elle est cependant tissée d’annotations anthropologiques, politiques et géopolitiques, comme si le texte était écrit à partir d’un carnet de terrain. Le texte est d’ailleurs suivi d’un glossaire, donnant des clés académiques sur Taïwan et plusieurs questions abordées, politiques, historiques ou religieuses, donnant ainsi un aspect semi-didactique à l’ensemble.

Cette nouvelle se raccroche, par certains aspects, à la vague rétro et nostalgique qui caractérise nombre de publications et de films ces dernières années : on y sent une nostalgie flottante pour les années japonaises de Taïwan (1895-1945), mises en contraste, à la lumière des conjectures géopolitiques auxquelles se livre l’auteur sur l’origine possible de cette tablette, avec la brutalité de l’occupant suivant ; pourtant le texte révèle en même temps une indéniable empathie pour les continentaux chinois déracinés par la guerre civile de 1946-1949, arrachés à leur famille et exilés à Formose, où les coutumes locales sont souvent très lointaines de celle de la Chine, censée être, sous le Kuomintang, la « mère-patrie » à reconquérir contre Mao.

Dans ce texte, l’auteur écrit avec un style léger et sans affectation, où les passés simples, par exemple, ne sont ni bannis ni omniprésents, mais arrivent, quand ils arrivent, à propos. C’est un style qui évite l’ornement pour mieux ménager ses surprises régulières, et se concentre surtout sur la narration, qui construit l’intrigue régulièrement sans qu’on y prenne gare. Et, chaque fois que le pathos risquerait de s’installer – car la nouvelle traite aussi de questions sérieuses – une boutade, une situation cocasse ou un élément d’oralité vient sciemment briser net cet élan romantique pour revenir à une histoire en apparence simple, mais qui dévoile peu à peu sa grande richesse. La nouvelle semble garder rigoureusement l’ambiguïté sur la véracité ou non des événements relatés, mais l’auteur, dans un entretien avec un spécialiste de littérature taïwanaise publié le jour de la sortie du livre, semble indiquer d’emblée que l’histoire s’est effectivement passée telle qu’elle est relatée.

Il inaugure à L’Asiathèque une série intitulée « Liminaire » et visant à publier de textes relatant des expériences interculturelles approfondies en Asie aboutissant à une réflexion en retour sur soi.