Conférence « Le Monde du Musée du Palais de Pekin – Le Musee du Palais de Pekin dans le Monde »

Date : Le 27 septembre 2017 de 17h30 à 19h30
Lieu : Institut d’Etudes Transtextuelles et Transculturelles (IETT), MILC (Maison Internationale des Langues et des Cultures), 4ème étage – 35 rue Raulin, 69007 Lyon

SHAN Jixiang 单霁翔
Directeur du Musée du Palais de Pekin 北京故宮博物院院長

donnera une conférence sur le thème :

« Le Monde du Musée du Palais de Pekin – Le Musee du Palais de Pekin dans le Monde » « 故宮的世界 世界的故宮 »

Cette conférence est organisée par le CRCAO, l’IETT (Lyon 3), Lyon 2, et le LIA (Inshs, CNRS) « La circulation des objets émaillés entre la France et la Chine (fin XVIIe – milieu XIXe siècle) : Interactions technologiques, culturelles et diplomatiques » http://trenamelfc.hypotheses.org/

La conférence sera donnée en chinois et traduite en français.

Congrès Asie 2017

Le GIS Etudes asiatiques (GIS Asie) organise son 6ème Congrès International qui se tiendra du lundi 26 juin 2017 au mercredi 28 juin 2017 dans les locaux de Sciences Po Paris (Sciences Po), 27, rue Saint Guillaume 75007 Paris.

Nombreux chercheurs et doctorants de l’IAO participent au congrès :

Jérôme Bourgon

Reformulation du droit en Chine, au Japon et en Corée à l’ère des empires (19e – 20e siècles), panel coordonné par Arnaud Nanta

Stéphane Corcuff

Taipei’s Shadow China. Odonymy, national identity & KMT politics in 1950s Taiwan / La petite Chine à Taipei. Odonymie, identité nationale et politique du KMT à Taiwan dans les années 1950, Taïwan des années 1930 aux années 1950 – La société taïwanaise en construction, panel coordonné par Philippe Chevalerias

Taiwan est-elle une île ? Une insularité en question dans la globalisation, panel coordonné par Stéphane Corcuff

Laurent Gédéon

L’évolution de la représentation chinoise du Nan Hai à l’époque impériale et son impact dans l’émergence de la rivalité maritime franco-chinoise à l’époque coloniale. La participation de la France à la mise en place de l’Indochine maritime ou les étapes d’une construction de l’identité maritime, Panel coordonné par Laurent Gédéon

Benoit Granier

The emergence of ‘energy behavior’ change policies in Japan (2010-2016). Policy change without political leadership / L’émergence des politiques de changement des « comportements énergétique » au Japon (2010-2016). Une transformation de l’action publique sans leadership politique, Le pouvoir du Premier ministre Abe Shinzō révolutionne-t-il le Japon ? Panel coordonné par Xavier Mellet

François Guillemot

Disappear to survive in history : the voluntary death of the writer Nhat Linh / Disparaître pour survivre à l’histoire : la mort volontaire de l’écrivain Nhat Linh, La République de Ngô Đình Diệm : Naissance, Rituels, et Nationalisme, panel coordonné par Dieu Nguyen

Fabienne Jagou

The Karma Kagyü School in Taiwan Today / L’école Karma Kagyü à Taiwan aujourd’hui, Etat des lieux des études Kagyü : histoire et philosophie du lignage Karma Kagyü, panel coordonné par Cécile Ducher

Béatrice Jaluzot

Reformulation du droit en Chine, au Japon et en Corée à l’ère des empires (19e – 20e siècles), panel coordonné par Arnaud Nanta

Marie Laureillard

L’impact de l’art occidental sur les artistes Zhang Guangyu et Ye Qianyu dans la Chine républicaine / The Influence of Western Art on the artists Zhang Guangyu and Ye Qianyu in Republican China, La réception des pratiques artistiques occidentales dans l’Asie moderne et contemporaine, panel coordonné par Marie Laureillard

The installation of the Chinese artist Xu Bing and the global space / Les installation de l’artiste chinois Xu Bing et l’espace global, L’art de l’installation, lieu de tangence d’un espace visible et invisible : spécificités asiatiques :
 L’espace visible, panel coordonné par Kim Hyeon-Suk

Nicolas Lepretre

The implementation of urban energy policies within a developmental state. The case of Japan. / La conduite de politiques énergétiques urbaines au sein d’un Etat développeur. Le cas du Japon, Concevoir, produire et gouverner les métropoles dans les États développeurs d’Asie orientale en transition, panel coordonné par Sophie BUHNIK

Arnaud Nanta

Reformulation du droit en Chine, au Japon et en Corée à l’ère des empires (19e – 20e siècles), panel coordonné par Arnaud Nanta

Carrefour des sciences sociales ENS Lyon – EHESS

Organisé conjointement par l’EHESS et l’ENS Lyon, le « carrefour des sciences sociales » entend proposer chaque année six conférences-débats sur des questions qui sont au centre des recherches actuelles en sciences sociales. Ces rencontres et associeront des enseignants-chercheurs et des chercheurs de l’EHESS et de l’ENS Lyon qui aborderont un thème précis suivant une approche pluridisciplinaire. Elles seront ouvertes aux étudiantes et étudiants (licence, master, doctorat) qui seront invité.e.s à participer aux discussions.

Séance du jeudi 4 mai 2017 : « Économie et spiritualité en Asie orientale »
Salle F. 001 – 17 h-19 h.

Présentation et débats animés par Jacques Chiffoleau (historien, EHESS)

Jean-Pascal Bassino (économiste, ENS Lyon) : « Les entrepreneurs de services spirituels et la spiritualité des entrepreneurs au Japon du milieu du XIXe siècle à nos jours »

Rémy Madinier (historien, Centre Asie du Sud-Est (CNRS-EHESS) : « La marchandisation de l’islam en Asie du Sud-Est : un post islamisme ? »

Alors que différents travaux récents en histoire économique invitent à revisiter l’hypothèse wébérienne concernant l’influence des institutions, valeurs et doctrines religieuses sur les comportements économiques en Europe depuis l’époque moderne (parmi ces travaux, mentionnons Anderson et al. 2016), le lien entre spiritualité et économie ne fait l’objet d’aucune discussion dans le débat sur la grande divergence entre l’Asie et l’Europe depuis l’époque moderne. À titre d’exemple, les termes « spiritualité » et « religion » ne sont pas mentionné dans l’ouvrage de K. Pomeranz (2000).

L’anthropologie, l’économie et l’histoire des religions ont paradoxalement peu étudié l’Asie orientale,, malgré l’importance des travaux philologiques sur le Bouddhisme, le Confucianisme et le Taoïsme au sein des études asiatiques, depuis leur apparition au XIXe siècle. Le terme de spiritualité apparaît du reste plus pertinent que celui de religion pour analyser ces phénomènes : en effet, la demande sociale s’adresse à des individus ou des institutions proposant une expérience spirituelle compatible avec le syncrétisme traditionnel de ces sociétés, y compris dans les régions où le christianisme ou l’islam sont dominants. Dans certaines sociétés d’Asie orientale, les notions de sacré et de divinité sont du reste absentes.

La demande portant sur des services spirituels n’a pas fait l’objet d’une évaluation quantitative mais les descriptions du XIXe et début XXe indiquent clairement qu’elles représentaient une part des dépenses publiques et privées au moins équivalente à ce qui était alors observé en Europe et en Amérique du Nord. La tendance récente se caractérise par une nette augmentation de la demande des ménages et sa sophistication. On peut noter en outre que les entrepreneurs qui ont été à l’origine du miracle économique de l’Asie de l’Est au milieu et à la fin du XXe siècle n’ont pas été mus par un comportement d’optimisation purement économique. Leurs motivations, et celles de leurs salariés, ont relevé de considérations spirituelles qui ont été largement ignorées ou minorées.

Ce sont quelques-unes de ces questions que la deuxième séance du « carrefour des sciences sociales » souhaiterait examiner en confrontant les points de vue de chercheuses et de chercheurs ayant des ancrages disciplinaires spécifiques.

Bibliographie indicative

B. Andersen, J. Bentzen, C. J. Dalgaard, & P. Sharp , « Pre‐Reformation Roots of the Protestant Ethic », The Economic Journal, 2016 (http://wrap.warwick.ac.uk/59222/1/WRAP_137_2013_andersen.pdf)

Johan Fischer, Proper Islamic Consumption : Shopping among the Malays in Modern Malaysia, Copenhague, NIAS, 2008.

Rémy Madinier, « Du phalanstère au marché de niche : genèse et évolution de l’immobilier islamique indonésien », Archives des sciences sociales des religions, n° 175, 2016, p. 111-134.

Gwenaël Njoto-Feillard, L’islam et la réinvention du capitalisme en Indonésie, Paris, IISMM-Karthala, 2012

Kenneth Pomeranz, The Great Divergence : China. Europe, and the making of the modern world economy. Princeton University Press, 2000

Daromir Rudnyckyj, Spiritual economies : Islam, globalization and the afterlife of development, Ithaca, New York, Cornell University Press, 2010.

Inscription aux Journées DocAsie 2017

Les 11ème journées DocAsie se dérouleront du 21 au 23 juin 2017 à Marseille. Pour ce 10ème anniversaire, elles se dérouleront entre le Mucem et la Maison Asie-Pacifique et auront pour thème :

Explorer et exposer : voyages, témoignages et objets documentaires. Autour des collections françaises sur l’Asie.

De l’exploration à l’exposition : Témoignage des relations entre la France et l’Asie, résultat d’une « relation », d’un voyage, le document, de collections asiatiques, est ensuite « objectivé » pour devenir source d’exploration, objet d’études, objet conservé, élément constitutif d’une collection, et peut devenir ensuite objet d’exposition.

Les inscriptions sont maintenant ouvertes. Jusqu’au 31 mai 2017. Il vous suffit de vous rendre sur le site : http://docasie.cnrs.fr/spip.php?article179, où vous trouverez également le programme.

Dans l’attente de nous retrouvez nombreux sous le soleil de la cité phocéenne,

Le comité de pilotage de Docasie

Shanghai JORISS Workshop

April 14-15, 2017 East Normal University

Policing port cities during the « colonial era » : Tianjin & Shanghai : interaction between Western and Chinese police forces, 1860-1945

First Workshop : Circulation of men and police knowledge in Contemporary China organized by Christine Cornet, Professor at Sciences‐Po Lyon and Ruan Qinghua, professor at East China Normal University.

The study of the police forces in Chinese cities, especially those established and run by foreigners, represents a new field of Chinese urban history. Over the last past years, the question of social control and public order in the cosmopolitan treaty ports has received more attention. This workshop opens a new approach of policing the Chinese Treaty Ports in exploring influence and conflict between foreign and chinese police forces. Influence means hybridization between local and external practices of social order. Influence of foreign model police in China began at the end of the XIX century with the german police system exported to Japan Meiji and « reproduced » in China. But the presence of British, French and American in China offered new model for policing the cities. The ambiguous status of treaty ports cities divided into several municipalities institutions (administration, law, police, urbanworks, health, transport, education), modified the nature of social control and public order. But before the arriving of Westerners China had its own traditional system of social control. The reform of the police is part of the general process of institutional reform during the late Qing period and it is also embedded in the army modernization.

Programme (日程安排)

Réunion annuelle du réseau DocAsie 2017 – Appel à contributions

Appel à contributions pour les journées DocAsie 2017 : « Explorer et exposer : voyages, témoignages et objets documentaires. Autour des collections « asiatiques »

21-23 juin 2017, Maison Asie-Pacifique et MUCEM, Marseille

De l’exploration à l’exposition : Témoignage des relations entre la France et l’Asie, résultat d’une « relation », d’un voyage, le document, de collections asiatiques, est ensuite « objectivé » pour devenir source d’exploration, objet d’études, objet conservé, élément constitutif d’une collection, et peut devenir ensuite objet d’exposition.

Les interventions devront s’intéresser à une collection ou à un document (monographique, cartographique, photographique, filmographique, archivistique, manuscrit ou de littérature grise, objets d’art ou ethnographiques), dans cette dimension objective et/ou muséale.

Les trois « étapes » exposées plus haut, constitutives de nos fonds documentaires, pourront être, ensemble ou séparément, la matière des présentations.

Comment une collection a-t-elle été constituée. Son origine est-elle un voyage, des voyages ? A-t-elle elle-même voyagé ? Quels témoignages donnent-t-elle des relations entre France et Asie ? Que différencie collections institutionnelles et privées ?

  • Qu’est-ce que la conservation des collections : ses aspects sémantiques (homogénéité ou non…, intégrité ou non…, pérennité des politiques documentaires…) ; ses aspects techniques (la conservation matérielle selon les types de documents)
  • Qu’est-ce qu’une collection de documents sources ? Des collections, des documents sont-ils devenus des objets d’études, en dehors de leurs contenus ?
  • Qu’est-ce que « faire parler » un document ? Qu’est-ce qu’exposer des documents ? Les multiples manières de les « mettre en scène » (expositions « réelles » / expositions virtuelles) pourront être traitées sous forme de retours d’expériences.

Ces questions, destinées à guider les intervenants dans leur réflexion, ne peuvent qu’en amener d’autres.

Vos propositions d’interventions devront être envoyées avant le 15 avril 2017 à l’adresse suivante : christophe.caudron@univ-amu.fr

Colloque international – Droit Japonais, droit français, quelle réforme ?

17 mars 2017 – Sciences-po Lyon, salle du conseil
18 mars 2017 – ENS de Lyon, Site Descartes – salle du conseil

Cette conférence internationale est consacrée au dialogue entre juristes japonais, français et allemands, plus particulièrement sous l’angle de la réforme juridique.

Le Japon et la France ont fait le choix d’un système juridique codifié. Si un tel système a pour avantage la stabilité, il a pour inconvénient une certaine résistance à l’évolution des sociétés. La survie de la codification dépend de sa réforme. Or, mal conduite, elle porte en germe la défiance à l’égard de l’ensemble du droit même, en tant que régulateur structurel et elle peut aboutir à l’instabilité sociale.

Un vaste questionnement survient alors : qui ? comment ? pourquoi ? Qui peut ou doit réformer ? Comment réformer tout en préservant les fondements de l’édifice, comment adapter sans dénaturer, comment intégrer les nouvelles règles, dans quel but réformer, comment adhérer aux besoins de la société, quelles méthodes, quelle évaluation ? etc.

En droit privé positif, la réforme est omniprésente : en droit des obligations, des personnes, des sociétés, social… en droit national comme international. Une dimension particulière du mouvement contemporain est son interdépendance essentielle avec la mondialisation juridique.

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE

Renseignements :
http://droitjaponais.wordpress.com/
http://droitjaponais.sciencesconf.org/
beatrice.jaluzot@ens-lyon.fr

Programme

Colloque : La Chine et l’Union européenne : une relation win-win ?

Le Master 2 Relations Internationales & Diplomatie organise un colloque sur le thème :  » La Chine et l’Union européenne : une relation win-win ?  »

Date :  jeudi 9 mars 2017, 9h00-17h00
Lieu : Grand Amphithéâtre de l’Université de Lyon, 92 rue Pasteur 69007 Lyon

Téléchargez le programme détaillé

Soirée du Collegium : Marie Seong-Hak Kim

soireecollegium_mariekimKorea and the Challenges of Comparative Legal History (La Corée et les défis d’une histoire du droit comparative)

14 février 2017 à 18h30, Résidence du Collegium, bat. D6, campus ENS Descartes.

Marie Seong-Hak Kim, Professeure d’histoire du droit, St. Cloud State University (USA) | Avocate au barreau de Minnesota | Résidente à l’Institut d’études avancées de Fribourg-en-Brisgau | Fellow 2011-2012 du Collegium de Lyon | Chercheuse associée à l’Institut d’Asie orientale (IAO – CNRS-ENS de Lyon)

Résumé : Cette conférence présente un panorama synthétique de l’évolution du droit et du système juridique coréens durant les six derniers siècles. Dernièrement, l’historiographie du droit a adopté une orientation transnationale. La Corée moderne peut être vue comme un modèle d’une association réussie de différentes traditions juridiques nationales, en reflet d’une logique et d’une dynamique du droit capables de constituer un cadre juridique tout en préservant en même temps les spécificités d’une culture. Marie Seong-Hak Kim a récemment publié Law and Custom in Korea : Comparative Legal History (Cambridge University Press, 2012) et édité The Spirit of Korean Law : Korean Legal History in Context (Brill, 2016)

Inscription : Inscription gratuite obligatoire avant le 5 février 2017 : http://doodle.com/poll/amzb5nfx2udvpdxr

12e colloque de la Société Française des Études Japonaises

15-17 décembre 2016, le 12e colloque de la Société française des études japonaises (SFEJ) se tiendra à l’Université Jean Moulin – Lyon 3 (Manufacture des Tabacs).

affiche_colloquesfejCette année, le colloque de la SFEJ, rendez-vous incontournable de la japonologie francophone, est organisé pour la première fois à Lyon, ville connue pour sa gastronomie, mais aussi pour sa capacité à concilier avec dynamisme les arts et l’industrie. À la pointe des innovations techniques et culturelles, elle a notamment vu naître le cinéma sous l’impulsion des frères Lumière dans les années 1890. Ses liens avec le Japon sont nombreux et variés. Elle a, entre autres, développé depuis le xixe siècle une relation singulière avec la ville de Yokohama (avec laquelle elle est toujours jumelée), à travers le commerce de la soie, et abrité les rêves de l’homme d’affaires collectionneur hors-norme qu’était Émile Guimet. Aujourd’hui encore, elle accueille de nombreux ressortissants japonais et constitue un noyau dynamique pour les études japonaises. Enfin, le département d’études japonaises de l’Université Jean Moulin-Lyon III, établi depuis 1981, a permis au japonais de se hisser à la deuxième place après l’anglais au sein de la Faculté des langues.

Le colloque de décembre 2014, intitulé « Le Japon au xxie siècle : dynamiques et mutations », avait brillamment mis en exergue les multiples facettes du Japon contemporain. Pour l’édition 2016, nous avons retenu le thème suivant : « Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon ».

Dans le discours sur le Japon, l’importance de l’image, en tant que reproduction d’un objet ou d’une figure, est régulièrement soulignée, à travers la complexité de son écriture, la finesse et la force de ses expressions picturales ou encore la richesse de son énergie créative. L’expression « arts graphiques » se réfère ici à l’ensemble des processus qui touchent à la conception visuelle et à la mise en scène des créations artistiques par différentes techniques : écriture, rouleaux illustrés, dessin, peinture, gravure et estampe, photographie, cinéma… À noter que l’ensemble de ces créations peuvent être utilisées à des fins uniquement artistiques, mais aussi industrielles ou commerciales (messages publicitaires, édition, affiches, revues, etc.). Quant à la « culture visuelle », intimement liée aux visual culture studies anglo-saxonnes, qui ont renouvelé les manières d’envisager l’utilisation des images dans nos sociétés, elle renvoie au rapport complexe qui existe entre l’émetteur et le récepteur dans une relation médiatisée par l’image. Celui-ci ne se limite pas à l’analyse des images/illustrations, mais touche également à la question de leur réception, de leur diffusion, des conditions de leur production.

Autrement dit, par ce thème, il s’agit d’embrasser l’ensemble des représentations visuelles et artistiques du Japon et de s’interroger sur les aspects sociaux, politiques, esthétiques ou médiatiques associés à celles-ci. Nous choisissons sciemment de ne pas fixer de limites temporelles, pour accueillir une réflexion autant sur le Japon ancien que contemporain, et espérons que cette recherche collective offrira un éclairage pertinent sur les avancées actuelles en la matière et permettra un dialogue entre champs disciplinaires divers (histoire de l’art, sociologie de l’art, anthropologie, économie culturelle, politique des images, etc.), en rassemblant de nombreux chercheurs confirmés ou débutants.

Espérant que ce colloque sera l’occasion de découvertes et de rencontres fructueuses, nous vous souhaitons à tous un excellent séjour à Lyon,

Colloque international – Orient Extrême : collectionneurs et collections d’aujourd’hui

Affiche_OrientExtreme_webDates : soirée du 23 mars, 24 et 25 mars 2016
Lieu(x) de la manifestation : Musée des Confluences, Lyon (soirée inaugurale du 23 mars à l’ENS-LSH de Lyon)

Laboratoires organisateur
s :
– IAO (Institut d’Asie Orientale), Université Lyon 2/ENS/CNRS
– IETT (Institut d’Etudes Transtextuelles et Transculturelles), Université Lyon 3
– LARHRA, Université Lyon 2

L’objet du colloque sera d’étudier le phénomène des collections privées ou publiques d’art extrême-oriental dans le monde contemporain, en particulier le rapport des collectionneurs aux artistes et au marché de l’art. Les pays privilégiés, du fait de la complexité des interactions qu’ils développent dans la formation des collections artistiques sont, outre ceux de l’Union Européenne, la Chine, Taiwan, le Japon, la Corée, le Vietnam et l’Indonésie. Si notre ambition est d’accorder une large place à l’art contemporain, les collections envisagées pourront également rassembler des objets plus anciens, et pas seulement des objets d’art. Le terme « Extrême-Orient » sera ici compris dans un sens large, incluant les îles de l’Asie de l’Est et du Sud-Est. L’approche sera interdisciplinaire, mêlant histoire de l’art, esthétique, anthropologie, sociologie, économie ou même politique. Nous proposons les quatre panels suivants :

1) Profils et motivations des collectionneurs
2) Collections institutionnelles et collectives
3) Collections : regards croisés
4) Marché de l’art et enjeux identitaires

L’intérêt scientifique du colloque réside dans sa capacité à développer des axes transdisciplinaires et transculturels, en confrontant la formation des collections en Asie et/ou d’art asiatique à la globalisation croissante du marché de l’art. Ce type de recherche est tout à fait innovant sur le plan international, car les arts asiatiques (contemporains, en particulier) sont encore trop peu souvent appréhendés sous l’angle socio-économique. Si le colloque constitue avant tout une rencontre entre enseignants-chercheurs, visant à renforcer les relations entre spécialistes des marchés de l’art en Asie-Pacifique, il accueillera aussi des collectionneurs et des acteurs-clés du monde de l’art (conservateurs de musée, mécènes), qui apporteront un témoignage précieux sur leur expérience de terrain. Le fait qu’il soit associé à une exposition au Musée des Confluences ouvre aussi la porte à une diffusion des connaissances vis-à-vis du grand public et augure de manifestations futures du même type, conçues de manière encore plus étroite avec le Musée des Confluences. Le thème du colloque, axé sur le marché de l’art, intéressera également galeries d’art et maisons de vente aux enchères.

Organisatrices
:
Marie Laureillard : [mlaureillard@free.fr->mailto:mlaureillard@free.fr]
Cléa Patin : [cleapatin@gmail.com->mailto:cleapatin@gmail.com]

Pour assister au colloque, merci de vous inscrire à l’adresse suivantes : http://colloques.ens-lyon.fr/eventShow/orientExtOrientExtreme.
Votre inscription vous permettra un accès gratuit au musée.

Programme

Projection-débat autour du documentaire Les indignés de Tokyo

Projection_Debat_2016_03_21

Date : Lundi 21 mars 2016 à 20h
Lieu : Salle Kantor, ENS de Lyon, site Descartes

Projection-débat autour du documentaire Les indignés de Tokyo (首相官邸の前で, Tell the Prime Minister), en présence du réalisateur Oguma Eiji, professeur de sociologie historique à l’Université Keiô.

Les indignés de Tokyo (首相官邸の前で, Tell the Prime Minister) (2015, 109 mn, présentation officielle au Festival International du documentaire de Yamagata 2015)

Présentation :

After « Occupy Wall Street »in New York, and before the « Umbrella Revolution » in Hong Kong, 200 thousand people surrounded the Prime Minister’s office in Tokyo for an anti-nuclear demonstration. However, this incident was not reported extensively by the media and subsequently went unnoticed by the world.

This documentary film captures the anti-nuclear protests in Tokyo after the Fukushima nuclear incident in March 2011. The theme of the film is the crisis that democracy faces, and the reconstruction of democracy. Video recordings cited in the film show the terrifying experiences of the nuclear disaster, anti-nuclear demonstrations, speeches, and the official meeting between activists and the Prime Minister.

A groundbreaking film created in a unique and unprecedented manner.

Oguma Eiji is a professor of Faculty of Policy Management at Keio University in Tokyo. His researches cover the national identity and nationalism, colonial policy, democracy thoughts and social movements in modern Japan from the view of historical sociology. He has earned 6 prizes for his published works in Japan. He has participated and gained credibility in anti-nuke movement in Tokyo after Fukushima incident. This is his first film work which was completed by cooperation of many activists and voluntary filmers.

Co-organisé par le Centre d’Études Japonaises (CEJ) de l’INALCO et le Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO) de l’Université Paris Diderot, le département des arts de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (ENS de Lyon), l’Institut d’Asie Orientale de Lyon (IAO) et la Section des Études Japonaises de l’UFR LLCE de l’Université de Lille.

Contact : elise.domenach@ens-lyon.fr

Narrativité : paroles, textes, images. De l’Europe au Japon en passant par l’Inde, le Tibet et la Chine

Affiche_Narrativite_25112015

Colloque organisé dans le cadre du projet « Narrativité : paroles, textes, images » (CNRS, Inalco, Paris 3 – Financement USPC)

Mercredi 25 et jeudi 26 novembre 2015
Auditorium – INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

Les images semblent parfois raconter des histoires, et souvent ces images-là suivent une source littéraire. Il en va ainsi dans de nombreuses traditions autour de la planète, quoique les façons de s’y prendre puissent être très différentes. Parfois, il s’agit de séries d’images, parfois d’un long rouleau, d’une vaste fresque, ou d’un panneau peint ou sculpté débordant d’épisodes. Il arrive qu’elles soient muettes, ou bien que des inscriptions les accompagnent, parfois un texte entier qui est (ou non) l’histoire qui en a été la source ; parfois encore quelqu’un raconte ou commente ces images, un prêtre si la motivation est religieuse, ou un guide quand elle se fait touristique. Il arrive aussi que cette histoire semble s’animer quand on la mime, qu’on la joue dans la rue ou sur les planches.

Supposez que nous cherchions le tracé d’une histoire à travers les arts et pays différents qui lui donnent vie : trouvons-nous encore « une » histoire, ou autre chose ? En comparant ces histoires sous leurs modes divers, trouvons-nous seulement la technique de chaque mode, la manière de chaque pays, ou bien une histoire identifiable transparaît-elle encore ?

Ces deux journées – après la Soirée Etoki du 9 octobre – donneront des exemples concrets, anciens ou actuels, de telles histoires à transformations depuis le Japon, la Chine et le Tibet, l’Inde, et jusqu’en Europe, en confrontant paroles, textes et images, et leurs ruses réciproques.

Parmi les thèmes abordés, les « biographies » du Christ, du Bouddha et du prince Shôtoku, la traversée des enfers chinois, des albums retraçant inondations et famines en Chine impériale, des “voyages immobiles” illustrant le poème topographique d’une chasse impériale.

Ce colloque est issu des travaux du projet « Narrativité : paroles, textes, images », un lauréat du premier Appel à Projet du PRES Sorbonne Paris Cité. Il réunit des enseignants chercheurs de l’INALCO (équipes ASIEs et CEJ) et de Rennes 2, des doctorant (EPHE) et docteur chargé de cours (Strasbourg), et des chercheurs du CNRS (LACITO-Paris 3 et CEH).

Programme du colloque

Le 5e congrès Asie et Pacifique

Affiche congres asie pacifique

Le 5e congrès Asie et Pacifique – 2015 s’annonce sous de bons auspices, avec 140 sessions programmées et près de 500 intervenants.

Il se tiendra du mercredi 9 septembre au vendredi 11 septembre 2015. Il est organisé par le GIS Asie et le Réseau Asie & Pacifique (CNRS) et aura lieu à Paris dans les locaux de l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), dans le 13e arrondissement. Plusieurs membres de l’IAO y participent.

– 10 septembre 2015, Béatrice Jaluzot (coord.), Atelier C5 : Pensée juridique et droit en Asie Orientale – Influence chinoise v. influence occidentale ? [Plus infos]

– 10 septembre 2015, Laurent Gédéon (coord.), Atelier N3 : Le conflit géopolitique en mer de Chine : les prises de position de la Chine et leurs conséquences. [Plus infos]

– 11 sepembre 2015, Corrado Neri et Marie Laureillard (coord.), Atelier B6 : Histoire, société et bande dessinée en Asie. [Plus infos]

– 11 septembre 2015, Benoit Granier (coord.), Atelier S4 : Les « smart cities » en Asie orientale : existe-t-il modèle asiatique de « ville intelligente » ? [Plus infos]

Le programme de ce 5e congrès est en ligne : http://congresasie2015.sciencesconf.org/

Workshop – Beyond the State’s Reach : Casino Spaces as Enclaves of Development or Lawlessness ?

Colloque_Beyond_the_States_Reach_poster

21-22 août 2015, Center for Khmer Studies.

This workshop is organized by the Casino and Development in Asia Research Network, gathering together the University of Macau, the National University of Singapore (ARI), Institut d’Asie Orientale (IAO-ENS Lyon, France) and IIAS, and whose objective is to investigate the nexus between “Casino and Development” in Southeast Asia, China and beyond.

Beyond the State’s Reach : Casino Spaces as Enclaves of Development or Lawlessness ? is the second phase of the IIAS/Mellon Foundation Forum Asian Spatialities 3 : Across Southeast Asian Borderlands which aims at studying Southeast Asia based on networks, processes, transitions, polyvalence, and fluidity, in opposition to the concepts of the “nation-state” or the “region”. This workshop seeks to better understand the “transitional zones” that have emerged in the wake of the encounter between local communities, new migratory circulations and the global economy. The multiplication of mega casino resorts in Asia is emblematic of these new spaces created across local and global scales. Over the past few years, the belief has taken root that the gaming industry is a powerful tool for economic development. The gaming revenue generated in the two most lucrative gaming markets in the world, Macau and Singapore, has prompted neighboring countries to follow suit. A number of casinos have mushroomed along the borders of Southeast Asian countries. These casino projects have been incorporated into the national leisure economy as part of global city branding, or to attract foreign investments for local development and modernization.

Plus infos sur : http://www.rethinking.asia/event/beyond-states-reach-casino-spaces-enclaves-development-or-lawlessness