Guerre du Vietnam : Héritages stratégiques de la guerre

Benoît de Tréglodé, chercheur à l’IRSEM (Institut de recherche stratégique de l’École militaire) et François Guillemot, ingénieur de recherche CNRS à l’IAO (Institut d’Asie Orientale) ont participé à l’émission d’Emmanuel Laurentin La fabrique de l’histoire le 21 septembre 2017. Les deux historiens ont discuté des questions de stratégie pendant la guerre du Viêt-Nam, ils ont évoqué la pensée polémologique vietnamienne et rappelé l’implication internationale du conflit vietnamien de chaque côté du 17e Parallèle. La discussion a également porté sur le documentaire de Ken Burns et Lynn Novick, l’impact des images pendant la guerre, l’accès aux sources archivistiques et les répercussions du conflit sur la société actuelle.

A réécouter en podcast :  [https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/guerre-du-vietnam-44-heritages-strategiques-de-la-guerre->https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/guerre-du-vietnam-44-heritages-strategiques-de-la-guerre]

Congrès Asie 2017

Le GIS Etudes asiatiques (GIS Asie) organise son 6ème Congrès International qui se tiendra du lundi 26 juin 2017 au mercredi 28 juin 2017 dans les locaux de Sciences Po Paris (Sciences Po), 27, rue Saint Guillaume 75007 Paris.

Nombreux chercheurs et doctorants de l’IAO participent au congrès :

Jérôme Bourgon

Reformulation du droit en Chine, au Japon et en Corée à l’ère des empires (19e – 20e siècles), panel coordonné par Arnaud Nanta

Stéphane Corcuff

Taipei’s Shadow China. Odonymy, national identity & KMT politics in 1950s Taiwan / La petite Chine à Taipei. Odonymie, identité nationale et politique du KMT à Taiwan dans les années 1950, Taïwan des années 1930 aux années 1950 – La société taïwanaise en construction, panel coordonné par Philippe Chevalerias

Taiwan est-elle une île ? Une insularité en question dans la globalisation, panel coordonné par Stéphane Corcuff

Laurent Gédéon

L’évolution de la représentation chinoise du Nan Hai à l’époque impériale et son impact dans l’émergence de la rivalité maritime franco-chinoise à l’époque coloniale. La participation de la France à la mise en place de l’Indochine maritime ou les étapes d’une construction de l’identité maritime, Panel coordonné par Laurent Gédéon

Benoit Granier

The emergence of ‘energy behavior’ change policies in Japan (2010-2016). Policy change without political leadership / L’émergence des politiques de changement des « comportements énergétique » au Japon (2010-2016). Une transformation de l’action publique sans leadership politique, Le pouvoir du Premier ministre Abe Shinzō révolutionne-t-il le Japon ? Panel coordonné par Xavier Mellet

François Guillemot

Disappear to survive in history : the voluntary death of the writer Nhat Linh / Disparaître pour survivre à l’histoire : la mort volontaire de l’écrivain Nhat Linh, La République de Ngô Đình Diệm : Naissance, Rituels, et Nationalisme, panel coordonné par Dieu Nguyen

Fabienne Jagou

The Karma Kagyü School in Taiwan Today / L’école Karma Kagyü à Taiwan aujourd’hui, Etat des lieux des études Kagyü : histoire et philosophie du lignage Karma Kagyü, panel coordonné par Cécile Ducher

Béatrice Jaluzot

Reformulation du droit en Chine, au Japon et en Corée à l’ère des empires (19e – 20e siècles), panel coordonné par Arnaud Nanta

Marie Laureillard

L’impact de l’art occidental sur les artistes Zhang Guangyu et Ye Qianyu dans la Chine républicaine / The Influence of Western Art on the artists Zhang Guangyu and Ye Qianyu in Republican China, La réception des pratiques artistiques occidentales dans l’Asie moderne et contemporaine, panel coordonné par Marie Laureillard

The installation of the Chinese artist Xu Bing and the global space / Les installation de l’artiste chinois Xu Bing et l’espace global, L’art de l’installation, lieu de tangence d’un espace visible et invisible : spécificités asiatiques :
 L’espace visible, panel coordonné par Kim Hyeon-Suk

Nicolas Lepretre

The implementation of urban energy policies within a developmental state. The case of Japan. / La conduite de politiques énergétiques urbaines au sein d’un Etat développeur. Le cas du Japon, Concevoir, produire et gouverner les métropoles dans les États développeurs d’Asie orientale en transition, panel coordonné par Sophie BUHNIK

Arnaud Nanta

Reformulation du droit en Chine, au Japon et en Corée à l’ère des empires (19e – 20e siècles), panel coordonné par Arnaud Nanta

Workshop Korean Archaeology and Cultural Heritage

Dans le cadre du séminaire pluridisciplinaire du Centre de Recherches sur la Corée (CRC), un atelier en deux parties sur l’archéologie et le patrimoine culturel de la Corée aura lieu :

Workshop « Korean Archaeology and Cultural Heritage »
Le vendredi 17 mars 2017, de 14h00 à 17h30
Maison de l’Asie (Grand salon), 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris

Cet atelier sera précédé par une conférence d’Arnaud Nanta (CNRS – IAO) dans le cadre du séminaire « Sciences et savoirs de l’Asie orientale dans la mondialisation » :

« La recherche archéologique et la compilation de l’histoire menées par le Japon en Corée colonisée (1905-1938) »
Le mardi 14 mars 2017, de 15h00 à 17h00
Salle Élisabeth Allès (681), Bât. Le France, 190-198 avenue de France, 75013 Paris

PROGRAMME

14 March 2017, 15h00-17h00

Introductory conference by Arnaud NANTA (CNRS – IAO): La recherche archéologique et la compilation de l’histoire menées par le Japon en Corée colonisée (1905-1938)
Venue: Salle Élisabeth Allès (681), Bât. Le France, 190-198 avenue de France, 75013 Paris

17 March 2017, 14h00-17h30
Venue: Centre de recherches sur la Corée (CRC)
Maison de l’Asie (Grand salon) – 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris

14h00-14h30: Luis BOTELLA (University of Malaga)
Achieving Professional Credentials: South Korean Archaeology and University Degrees (1945-1979)

14h30-15h00: Linda GILAIZEAU (Mount Fuji World Heritage Center)
A Study of Korean and Japanese Interactions during Protohistory

15h00-15h30: Codruta SINTIONEAN (Babeş-Bolyai University)
Searching for the ‘Original Form’: The Practice of Reconstruction of Architectural Heritage in South Korea

15h30-16h00: Coffee break

16h00-16h30: Bryan SAUVADET (INALCO)
Religious Art in North Korea: The Missing Link in Korean Heritage Studies

16h30-17h00: Ariane PERRIN (UMR 8173)
Repatriating Korea’s Lost Cultural Properties

17h00-17h30: Discussant: Arnaud NANTA (CNRS – IAO)

Séminaire de l’IAO : Sébastien Lechevalier

seminaireiao_2016_10_13Leçons de l’expérience japonaise : vers une autre politique économique ?
Jeudi 13 octobre 2016, Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

Depuis la crise de 2008, la lenteur du retour aux taux de croissance passés a fait naître la crainte que l’Europe ne suive, peu ou prou, la trajectoire économique du Japon durant les années 1990-2000. Cette inquiétude s’exprime désormais régulièrement, formulée le plus souvent comme le risque d’une décennie perdue « à la japonaise ». L’objectif de ce livre est de revenir sur l’expérience japonaise depuis 1990 jusqu’à  la politique dite des Abenomics conduite depuis 2012, afin de discuter la pertinence d’une transposition dans un contexte autre que japonais.

Spécialiste de l’économie japonaise, Sébastien Lechevalier est directeur d’études à l’EHESS, président de la Fondation France Japon de l’EHESS (http://ffj.ehess.fr/) et directeur du GIS-Réseau – Asie (http://www.gis-reseau-asie.org/). Parmi ses publications, on peut citer, outre Leçons de l’expérience japonaise : vers une autre politique économique ? co-écrit avec Brieuc Monfort (Editions de la rue d’Ulm), La grande transformation du capitalisme japonais (Presses de Sciences Po, 2011).

Projet de recherche : Korean Soft Power in Southeast Asia

On the occasion of the 130th anniversary of the Korea-France friendship, and in the framework of a research project on “Korean Soft Power in Southeast Asia,” Virginie Vial and Peter von Staden presented the results of their research in two communications respectively titled :

“South Korean soft power in Indonesia: Geopolitical and economic regionalization in the digital age” (V. Vial & E. Lollo), and “Korea as number one: Why did Indonesians fall in love with Hallyu soft power?” (I. Oh & P. von Staden)

Following a workshop hosted by the Korea Foundation and organized by the Research Institute of Korean Studies at Korea University in Seoul, the international research team appeared on the Upfront TV program to debate the topic of « Korea as a Top Soft Power Country. »

Video1_VVial

The outcomes of this research project have also been broadcasted in French through Xerfi Canal TV – Precepta Stratégiques:

Video2_VVial

Elise Domenach : La présence du monde à l’écran dans trois films japonais sur la catastrophe du 11 mars 2011

« Ecopoétique cinématographique : La présence du monde à l’écran dans trois films japonais sur la catastrophe du 11 mars 2011. »
Elise Domenach, Chercheuse à l’ENS de Lyon
Colloque international en écopoétique, 22-25 juin Perpignan, France

Affiche_ecopoetiqueNous partirons de la pensée du cinéma du philosophe américain Stanley Cavell et du lien conceptuel qu’il fait simultanément dans La Projection du monde (The World Viewed) et dans Sens de Walden (The Senses of Walden, commentaire du livre de Thoreau) en 1971 l’ontologie du médium cinématographique » et la possibilité de retrouver, renouer avec ou encore rédimer (recover) le monde ; une proximité ordinaire avec le monde. De cette coïncidence nous ferons l’argument d’une exploration des pouvoirs d’expression et de domestication de notre scepticisme du médium cinématographique tels qu’ils apparaissent dans quelques films sur la catastrophe multiple (naturelle, industrielle, écologique, humaine, sociale, politique) qui a frappé le Japon le 11 mars 2011. Nous envisagerons comment s’exprime dans les films notre sentiment d’un monde en repli, d’une absence au monde, et symétriquement comment les films peuvent retisser un sentiment de présence du monde : nous redonner à entendre et écouter la vague du tsunami, comme la voix des hommes et femmes témoignant de cet événement traumatique dans la trilogie tournée dans le Tohoku par Ko Sakai et Ryusuke Hamaguchi : The Sound of the Waves, Voices from the Waves, Storytellers ; ou nous donner à voir notre aveuglement à nos capacités de destruction (Nuclear Nation de Atsushi Funahashi) ; ou encore la menace invisible des radiations nucléaires (dans No Man’s Zone de Toshi Fujiwara). Car certains films nous donnent non seulement à penser et comprendre différemment notre rapport au monde, mais à appréhender de manière sensible et concrète la possibilité d’un retournement, d’une renégociation sensible de positions
morales ordinaires vis-à-vis du monde et des autres.

Élise Domenach est Maître de conférences en études cinématographiques à l’ENS de Lyon. Agrégée et docteure en philosophie, elle est chercheuse à l’Institut d’Asie Orientale (IAO-CNRS UMR 5062). Elle est l’auteure de Stanley Cavell, le cinéma et le scepticisme, et de Fukushima en cinéma. Voix du cinéma japonais. Chercheure invitée pendant deux ans au Centre de philosophie de l’Université de Tokyo (2013-2015) elle a été professeure invitée à l’Université Meiji (Tokyo). Ses recherches portent sur le scepticisme au cinéma et, plus particulièrement depuis quelques années, sur les films sur la crise nucléaire de Fukushima.

Programme

Toutes les informations pratiques et le livret des conférenciers avec les résumés des communications sont disponibles sur le site dédié au colloque :

Laurent Gédéon, « Quel devenir pour la rivalité sino-vietnamienne: le cas des Spratleys et des Paracels ».

Photo pleine pageIntervention de Laurent Gédéon dans le cadre de la journée d’étude organisée le 18 mars 2016 par l’IrAsia à Aix-en-Provence sur le thème « L’Asie et la mer… Entre enjeux et conflits ». Cette journée réunira différents spécialistes civils et militaires des questions géostratégiques et géomaritimes en Asie. L. Gédéon interviendra spécifiquement sur le sujet suivant : « Quel devenir pour la rivalité sino-vietnamienne: le cas des Spratleys et des Paracels ».

Programme de la journée

François Guillemot, « Après le XIIe Congrès du PCV : Où va le Viêt Nam ? »

DragonsDamSen_FG2014Résumé : Le 11 mars 2016 à la Maison de la Chimie à Paris, un important colloque était organisé par la fondation Gabriel Péri, fondée par le Parti communiste français (PCF) et reconnue comme un think tank de la gauche depuis 2004. Ce colloque intitulé « Après le 12e congrès du PCV, rupture ou continuité ? » s’articulait autour de trois grandes tables rondes portant respectivement sur « l’originalité de la politique vietnamienne », les suites politiques, économiques et stratégiques du XIIe congrès du Parti communiste vietnamien (PCV) et une question qui pouvait paraître au premier abord un tantinet provocatrice mais qui avait, à mon avis, tout son sens « Le PCV, un parti encore marxiste ? ».

Le Viêt-Nam est-il à la croisée des chemins, à l’aube d’un changement politique d’envergure ? Que reste-t-il du communisme et vers quel type de capitalisme se dirige ce pays ? Telles étaient les questions qui sous-tendaient ce colloque. Questionner les enjeux du XIIe Congrès du Parti communiste vietnamien est-ce pertinent ? Quid de l’importance de ce Congrès ? S’agissait-il d’un non événement, d’un jeu de dupes pour Occidentaux non avertis ou de signes annonciateurs d’un malaise profond au sein de l’État-Parti ? Ce compte-rendu en trois parties tente d’y répondre partiellement. Il est suivi par une réflexion sur le langage politique communiste vietnamien.

François Guillemot : Marges et traces de la guerre au Viêt-Nam – Sur les pas des Jeunesses de choc

To39TNXPQuangBinhCette communication sur les traces de guerre se propose de revenir sur trois aspects d’une recherche émergente sur les Jeunesses de choc du Viêt-Nam, fil conducteur de notre propos. Mon premier point rappelle et explique la genèse d’une recherche à la fois au Viêt-Nam et dans le monde, en particulier aux États-Unis, en Australie et en France à partir du début des années 1990. Mon second point, aborde la question du « lieu » de la guerre des Jeunesses de choc qui présente la particularité d’être à la fois « une marge et un centre » comme le stipule l’adage terrible et imagé « tim có thể ngừng đập, nhưng mạch máu giao thông không thể tắc » (notre cœur peut cesser de battre mais les vaisseaux sanguins de la circulation sont inextinguibles). Trois lieux sont identifiés dans le contexte plus général de la guerre du Viêt-Nam : la jungle, les villes, l’espace international. Dans le troisième point, je dirais quelques mots sur les « pratiques » mémorielles actuelles dans le contexte d’un pays qui tourne peu à peu le dos à son passé guerrier. Enfin, je conclurai sur les perspectives d’une recherche transnationale plus large sur le genre et les guerres du Viêt-Nam et évoquerai la nécessité d’entrevoir une sociohistoire des femmes et de la guerre au Viêt-Nam en considérant avec soin les formes de communication à distance.

Timbre_TNXPTexte en ligne en deux parties sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam :

La guerre dans les civilisations de l’Orient et de l’Extrême-Orient

3 Collègues de l’IAO participeront au colloque La guerre dans les civilisations de l’Orient et de l’Extrême-Orient, qui tiendra les 18-19 mai 2015 au Collège de France à Paris.

Le colloque, comme chaque année, a pour objectif de réunir des spécialistes de l’Orient et de l’Extrême-Orient afin de leur donner une occasion de dialoguer et de présenter à un public élargi leurs travaux autour d’un thème commun et fédérateur. En cette période de centenaire du premier conflit mondial, il a paru pertinent de s’intéresser cette année à la guerre dans les civilisations orientales et extrême-orientales. Toutes les disciplines ont leur place dans le colloque, ainsi la guerre est-elle envisagée aussi bien d’un point de vue intellectuel ou artistique que sur les plans politique, pratique ou encore linguistique, pour ne citer que quelques thèmes parmi d’autres.

Programme

Lundi 18 mai

  • 9h35 : Accueil par Jean-Pierre Mahé, Président de la Société asiatique
  • 9h40 : Sophie Méry : « La guerre dans l’Arabie Néolithique »
  • 10h20 : Juan Carlos Moreno García : « La guerre en Égypte à la fin du IIIe millénaire avant notre ère »

11h-11h20 : Pause

  • 11h20 : Matthieu Richelle  : « Le conflit fratricide entre Edom et Juda au vie s. av. n.è., de la bataille de terrain à la guerre littéraire »
  • 12h00 : Mathieu Terrier : « Le jihâd en islam shi’ite ou le combat sacré des vaincus de l’histoire »

12h40-14h20 : Pause déjeuner

  • 14h20 : Alain Servantie : « Les raisons et signes par lesquels l’on peut comprendre que les Turcs sont enclins plutôt à faire paix que guerre (1545) »
  • 15h00 : Nicolas Morelle : « La fortification avancée de Vijayanagara à Torgal (1555-1570) : une réponse indienne face à la nouvelle artillerie des sultans ? »

15h40-16h00 : Pause

  • 16h00 : Romain Lefebvre : « Le système militaire de Xi Xia (1038-1227) : présentation de la structure hiérarchique et des documents officiels »
  • 16h40 : Philippe Ménard : « La guerre en Mongolie et en Chine au xiiie siècle d’après un missionnaire et un voyageur »
  • 17h20 : Laurent Quisefit : « L’art militaire mongol au xiiie siècle : guerre guerréante, guérilla et pastoralisme nomade »

Mardi 19 mai

  • 9h40 : Masumi Sunaba-Sevrin : « “Hiroshima” et les questions personnelles : une étude comparative des Notes sur Hiroshima de Kensaburô Oe et Hiroshima mon amour de Marguerite Duras »
  • 10h20 : Brice Fauconnier : « Les “noms de la guerre” : vicissitudes et enjeux de la définition des conflits en Asie-Pacifique de 1931 à 1945 chez les intellectuels japonais »

11h00-11h20 : Pause

  • 11h20: Constance Sereni : « Les kamikazes japonais : des fanatiques convaincus ? Une contestation privée et silencieuse »
  • 12h00 : Christian Henriot, Zhang Peiyao : « Revisiter la bataille de  Shanghai de 1932 : Cartes d’état-major, histoire militaire et analyse spatiale »

12h40-14h20 : Pause déjeuner

  • 14h20 : Habib Tawa : « Da’wa, Jihad, Takiyya et Takfir chez les Frères musulmans, selon l’œuvre de Tharwat al Khirbawy, ancien cadre supérieur de cette organisation »
  • 15h00 : Odile Moreau : « “La guerre de dix ans” : L’Empire ottoman dans la Première Guerre mondiale »

15h40-16h00 : Pause

  • 16h00 : Rémy Hémez : « La guerre du Vietnam : un discret évènement clé de l’histoire de la Corée du sud »
  • 16h40 : François Guillemot : « De la “guerre du peuple” à la “guerre civile révolutionnaire” : Essai de polémologie vietnamienne »
  • 17h20 : Deborah Klimburg-Salter : « Bamiyan : d’un symbole de paix à un emblème de guerre »

Indochina, Thailand, Japan and France during Word War II – Tokyo 6/7 Dec. 2014

Japan-Indochina_WasedaWorkshop_51Un important workshop international s’est déroulé les 6 et 7 décembre 2014 à l’Université de Waseda (早稲田大学) à Tokyo. Organisé par le professeur Masaya Shiraishi de l’Institut de recherche sur l’Asie-Pacifique (WIAPS), il rassembla près de vingt chercheurs japonais, vietnamiens, chinois, taïwanais, thaïlandais et français. Un état des lieux des recherches et un inventaire des fonds d’archives ont été dressés, principalement dans les pays d’Asie et en France. Une seconde édition sera organisée pour établir l’état des recherches et des fonds d’archives en langue anglaise. Ce programme de recherche a pour objectif de renouveler le champ des études sur le Japon et la péninsule indochinoise durant la Seconde Guerre mondiale.

La première journée a été consacrée à l’état des recherches et des fonds d’archives disponibles au Japon, au Viêt-Nam, à Taïwan puis en Chine sur la période 1940-1945. La seconde journée a poursuivi l’investigation en France, en Thaïlande, au Cambodge puis au Laos. Enfin, les recherches sur l’occupation japonaise en Asie du Sud-Est ont été exposées notamment à travers les collections de l’université Waseda sur l’Indonésie, les Philippines ou Singapour. Ces deux jours de réflexion et d’analyse se sont terminés par une discussion générale et les remarques conclusives du professeur Shiraishi sur les futurs développements scientifiques de ce programme. Une prochaine rencontre internationale est d’ores et déjà programmée à Hanoi (Viêt-Nam) à l’automne 2015.

François Guillemot, membre de l’Institut d’Asie Orientale, et Namba Chizuru (photo), professeure à l’université de Keio (Tokyo) et docteure en histoire de l’Université Lumière Lyon 2, présentèrent deux communications sur l’état des recherches françaises, les ressources publiées en langue française et les fonds d’archives sur l’Indochine concernant la période 1940-1945.

Pour en savoir plus : Mémoires d’Indochine

Table ronde « Une Méditerranée en mer de Chine »

Le 29 novembre 2014, Danielle TAN a participé aux Rencontres d’Averroès à Marseille, à la table ronde « Une Méditerranée en Mer de Chine », organisée par France Culture.

Ce premier débat conduit en… Méditerranée asiatique.

Dans les années 80, le géographe Yves Lacoste rebaptise ainsi la mer de Chine méridionale. Rendant compte de la grande diversité culturelle, des nombreuses langues nationales, du contraste entre la Chine au Nord et l’ensemble musulman au Sud, il montre que c’est un espace cohérent pouvant être distingué du continent qui l’entoure.

Des anthropologues et des historiens s’attèlent ensuite au sujet. L’australien Antony Reid met en lumière le système commercial chinois ; Denys Lombard, s’inscrivant clairement dans la filiation braudélienne, montre dans Le carrefour javanais combien et comment les apports chinois, indiens mais aussi arabes et européens se sont croisés et articulés dans l’île indonésienne de Java. François Gipouloux présente en 2009 La Méditerranée asiatique, villes portuaires et réseaux marchands en Chine, au Japon et en Asie du Sud-Est, XVIe-XXIe siècles, affirmant aussi l’existence d’un espace cohérent bien avant l’arrivée des Européens. Enfin, Romain Bertrand publie en 2011, son Histoire à parts égales, Récits d’une rencontre, Orient- Occident [XVIe-XVIIe siècles]. Tenant de « l’histoire connectée », refusant les lignes droites de l’histoire globale et se méfiant de l’euro-centrisme, son travail livre une chronique des contacts entre Hollandais, Malais et Javanais en 1596, démontrant que l’Europe ne détenait alors aucune supériorité dans les domaines commerciaux, militaires, cartographique ou navals.

« Méditerranée asiatique » : le géographe spécialiste du Japon, Philippe Pelletier, invité de cette première table ronde, acquiesce à la formule mais « d’un point de vue heuristique, une méthode pour faire réfléchir ». Un modèle théorique qui ne doit cependant pas faire oublier les données empiriques. Même analyse chez la politologue Danièle Tan : « il s’agit moins de savoir si la Méditerranée asiatique existe vraiment que d’y trouver un outil méthodologique, introduisant la complexité dans les grilles de lecture, le temps long… ».

Celle qui travaille sur les réseaux chinois explique ainsi que « les Européens ont trouvé des Chinois maîtrisant aussi bien le commerce que la navigation. Pour surmonter cet « obstacle », ils ont introduit une nouveauté : la force, les armes. Ce qui a chamboulé ce qui existait alors et obligé chacun à se repositionner ». C’est ainsi que des États comme le Laos ou le Cambodge ont pu faire appel à la France pour bénéficier de protection.

Décryptant les poncifs sur le Japon, Philippe Pelletier montre combien ces idées fausses puisent leurs origines chez les premiers Occidentaux arrivés sur l’île, mais aussi « sur une partie de l’élite japonaise qui voulait satisfaire à bon compte la vision occidentale tout en trouvant l’opportunité de se créer une identité nationale même si celle-ci ne correspondait pas à la réalité, arguant d’un peuple travailleur, uni, parlant la même langue… ».

Battre en brèche ces idées reçues est l’occasion de « désamorcer des craintes, plus ou moins légitimes, devant les délocalisations, un retour du « péril jaune »…» poursuit le géographe.

Face à la montée en puissance économique actuelle de l’Asie, il insiste : « le problème est que l’on applique à la Chine un modèle de domination mondiale qu’elle n’a pas. Si domination chinoise il doit y avoir, ce ne sera pas d’une façon identique à celle des États-Unis ou de l’Europe. Or, si l’on n’a pas la bonne clé, on passe à côté ».

« Comprendre la montée en puissance actuelle de la Chine, sa capacité à retrouver une influence sur les mers mais aussi à reconstruire les corridors terrestres de la Route de la soie ne peut se faire sans regarder les raisons et modalités de sa domination du XVe au XVIIe siècle. » renchérit Danièle Tan. « La comprendre signifie aussi ne pas se cantonner à la présentation actuelle d’une intervention monolithique ignorant les stratégies mises en place par les différents petits états pour gérer le rapport inégal à la Chine et parfois même l’utiliser dans des logiques de maintien de leur propre domination. La comprendre c’est enfin ne pas se focaliser sur les seuls conflits de la région pour percevoir que malgré tout, le commerce continue, les migrations se développent et qu’il y a aussi une attraction pour cette Chine qui propose une autre forme de modernité, voire même… une alternative à la modernité ».

Par Angélique Schaller
Source : Rencontres d’Averroès

Le débat sera rediffusé dans la « Fabrique de l’Histoire » d’Emmanuel Laurentin sur France Culture, dans la semaine du 22 décembre 2014.

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne

Atelier de réflexion sur la crise sino-vietnamienne (samedi 24 mai 2014) © 2014 IAO

Atelier de réflexion sur la crise sino-vietnamienne
(samedi 24 mai 2014) © 2014 IAO

La mise en place par la République populaire de Chine d’une plateforme de forage appelée « Haiyang Shiyou-981 » dans les eaux revendiquées par le Vietnam comme faisant partie de sa zone économique exclusive (ZEE) a provoqué depuis le 2 mai une série d’incidents maritimes. Ces heurts se sont accompagnés d’importantes manifestations au Vietnam dont certaines ont dégénéré en violences contre des usines et des ouvriers chinois.

C’est dans ce cadre que l’Institut d’Asie Orientale (IAO – Ecole normale supérieure de Lyon) et l’Association culturelle des Vietnamiens du Rhône (ACVR) ont organisé conjointement un atelier afin de débattre de ces questions, d’approfondir la compréhension du contexte et d’identifier les enjeux politiques, géopolitiques et sociaux de ces événements.

L’atelier a débuté par une présentation générale de l’atelier par Ngoc Anh, la présidente de l’ACVR. Plusieurs intervenants se sont ensuite succédés, développant chacun un aspect de la question. Laurent Gédéon, chercheur à l’IAO, a posé le cadre géopolitique de la crise, rappelant les éléments ayant conduit à la montée de la conflictualité ainsi que les enjeux économiques et géostratégiques et s’attachant de manière particulière à expliquer les ressorts de la dynamique géopolitique de la Chine. André Menras, auteur du film « Hoang Sa, la meurtrissure » (2011) a présenté les éléments historiques qui fondent les revendications vietnamiennes sur l’archipel des Paracels et rappelé que les pêcheurs vietnamiens avaient payé un lourd tribut en dix ans (près d’une vingtaine de morts et disparus dans divers incidents impliquant la marine chinoise et des bateaux de pêche vietnamiens). Dominique Foulon (Carnets du Viêt Nam), a ensuite pris la parole pour mettre en évidence le lien entre les violences ayant accompagné certaines des manifestations antichinoises au Vietnam et la montée des tensions sociales dans ce pays pendant la dernière décennie. François Guillemot lui a succédé en présentant un tableau détaillé des réactions induites par ces événements au sein des différents courants de la dissidence vietnamienne à l’étranger. C’est Christophe Tran (Vice-président de l’ACVR) qui a clos la série d’interventions par un témoignage personnel sur le ressenti des Vietnamiens de l’étranger (Viet kieu) au sujet de ces tensions impliquant leur pays d’origine.

Cet atelier qui s’est déroulé en présence d’une journaliste de la BBC spécialement dépêchée de Londres à cette occasion, a rencontré un franc succès auprès du public présent. Les questions posées ont été nombreuses et ont témoigné de l’intérêt mêlé d’inquiétude que ces événements suscitent en France.

Laurent Gédéon : "L'installation de la plateforme chinoise pose de fait une question de géostratégie à l'ensemble des acteurs de cet espace maritime contesté" © 2014 IAO

Laurent Gédéon : « L’installation de la plateforme chinoise pose de fait une question de géostratégie à l’ensemble des acteurs de cet espace maritime contesté » © 2014 IAO

Laurent Gédéon : Mer de Chine méridionale : les racines géopolitiques de la crise

André Menras (Hồ Cương Quyết) : "La défense du Viêt-Nam doit passer par la saisine du tribunal international de la mer pour faire respecter sa souveraineté" © 2014 IAO

André Menras (Hồ Cương Quyết) : « La défense du Viêt-Nam doit passer par la saisine du tribunal international de la mer pour faire respecter sa souveraineté » © 2014 IAO

André Menras : L’affaire de la plateforme de forage chinoise : une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en “tâche d’huile” et en “coups de bélier” pour annexer la mer du Sud-Est asiatique.

Dominique Foulon : "L'explosion de violence ne peut être déconnectée de la question sociale vietnamienne" © IAO 2014

Dominique Foulon : « L’explosion de violence ne peut être déconnectée de la question sociale vietnamienne » © IAO 2014

Dominique Foulon : [à venir]

François Guillemot : "La démocratisation est la question centrale soulevée par la dissidence" © IAO 2014

François Guillemot : « La démocratisation est la question centrale soulevée par la dissidence » © IAO 2014

François Guillemot : « L’urgence démocratique ». Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne

Christophe Tran : "Les Vietnamiens de l'étranger ont été choqués par la politique de fait accompli chinoise" © IAO 2014

Christophe Tran : « Les Vietnamiens de l’étranger ont été choqués par la politique chinoise de fait accompli » © IAO 2014

André Menras : "N'oublions pas que 20 pêcheurs vietnamiens ont été les victimes directes de la tension maritime autour des Paracels ces dix dernières années" © IAO 2014

André Menras : « N’oublions pas que 20 pêcheurs vietnamiens ont été les victimes directes de la tension maritime autour des Paracels ces dix dernières années » © IAO 2014

Une discussion générale a fait suite aux interventions © IAO 2014

Une discussion générale a fait suite aux interventions © IAO 2014

CR de Laurent Gédéon, 28/05/2014.

Autres comptes rendus en ligne (en langue vietnamienne) :

WORKSHOP : The great transformation: modern industry and trade in postwar and post-1949 Shanghai

ShanghaiPowerPlant

L’Institut d’Asie Orientale accueillera les 3-4 mars 2014 le workshop « The great transformation: modern industry and trade in postwar and post-1949 Shanghai”. Cette rencontre scientifique est organisée conjointement par FENG Xiaocai (ECNU) et Christian HENRIOT (IAO – Université de Lyon) dans le cadre du centre de recherche conjoint JORRIS établi par l’ECNU et l’ENS de Lyon. Le programme de cette manifestation sera rendu public le 16 février 2014. Elle est ouverte à tous les publics.

 

 

Conférences de spécialité à l’Université Lyon 3 concernant le droit d’auteur japonais, le 15 décembre 2011


Makoto NAGATSUKA (chercheur invitée à l’IAO, professeur adjoint à l’Université Dokkyo au Japon) a animé une conférence de spécialité à
l’école doctorale de droit de l’Université Jean-Moulin Lyon 3. Elle s’est tenue le 15 décembre 2011 sous le titre de « L’affaire ‘Être et avoir’ (Cass. 1er civ. 12 mai 2011), du point de vue du droit d’auteur japonais ».

Cette conférence traitait, dans une perspective de droit comparé, de la limitation du droit d’auteur à l’occasion d’une inclusion « fortuite » d’images . Edouard TREPPOZ (Université Lyon 3), Anne-Emmanuelle KAHN (Université Lyon 2), Béatrice JALUZOT (Sciences-po Lyon, IAO) et plusieurs étudiants sont intervenus dans le débat. Quelque quarante étudiants étaient présents.